25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 11:57

Un héritage censé donner à chaque visiteur une saveur particulière.

 

Commençons par L'Epée brisée, hommages aux Bourgetins morts pour la France; le département décide en 1873 d’ériger un monument pour honorer la mémoire des combattants morts en 1870. L’architecte Marcel Deslignères gagne le concours public et réalise ce mausolée de granit. Le symbole de l’épée brisée qui rappelle la défaite contraste avec l’épitaphe qui appelle les futures générations à combattre pour la France.

 

 

 

DSCN2558

 

 

 

Jusque là tout va bien; c'est lorsque l'on est face au monument en plein centre ville, que moi, je me sens beaucoup, beaucoup moins bien: une certaine honte m'envahit devant un tel délabrement.

 

 

 

  DSCN2556

DSCN2557

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

  

Ce dernier sert de perchoir aux pigeons, il est recouvert de fientes, lézardé de partout, les dalles disjointes, la grille l'entourant rouillée, pas une fleur ni l'ombre d'un drapeau.

Comment un tel monument, abandonné par les citoyens et leurs élus, inspirerait-il les futures générations à combattre pour la France?

Comment donnerait-il l'envie aux nouveaux arrivants de se pencher sur l'histoire de la commune et d' en respecter ses valeurs?

 

Préoccupée, attristée par ce lamentable constat, je poursuis donc ma route en direction du caveau érigé en 1871 grâce à une souscription privée sur un terrain donné par le comte Cretté de Paluel en l'honneur des morts français aux combats de 1870.

On trouve à l'intérieur des bas reliefs sculptés par Francesci et à l'extérieur les noms gravés des soldats morts pour Le Bourget.

Dans ce caveau, reposent plus de 500 corps et les cendres d'Ernest Baroche.

Il fut inauguré le 30octobre 1872 en grande pompe. C'est donc confiante que je me dirigeais vers lui et pourtant :

 

 

 

 

 

DSCN2563DSCN2564

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 DSCN2565

DSCN2567

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN2568

 

 

DSCN2566

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Là encore tout n'est que abandon et décrépitude, juste un drapeau flotte au vent, mais de l'herbe partout, la tondeuse même pas passée et toujours pas l'ombre d'une fleur ou de quelque chose conduisant le passant ou le bourgetin au recueillement et au respect.

A, l'intérieur  tout est poussiéreux ,sale, des détritus jonchent le sol et les carreaux sont cassés.

Pourquoi les morts pour la Patrie de 1870 n'ont-ils pas le droit au même traitement que ceux des deux autres guerres qui suivirent?

Sans doute n'y a t'il plus personne pour s'en offusquer et puis le temps a passé.

 

Il en va de même pour le foyer des anciens, indigne de trôner en place publique:

 

 

 

 

 

DSCN2559

  DSCN2560

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est à peine si j'ose vous montrer l'état de ce qui a été l'un des fleurons de la ville, promis depuis des années et des années à devenir un futur lycée. Encore une promesse, voire une ébauche de projet pour attirer les futurs investisseurs et qui sera sans doute dans le plan de campagne pour les prochaines élections des maires.

 

 

DSCN2581 

 

DSCN2582 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

  DSCN2583DSCN2584

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'accuse la municipalité, les autorités responsables, de conduire la ville à la débâcle, à l'irrespect .

J'accuse les dignitaires de cette ville, d'égarer l'opinion et de détruire la notoriété mondiale de cette dernière.

 

 

 

DSCN2589

 

 

 

 

  

 DSCN2587 DSCN2586

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

"Puisqu'ils ont osé, j'oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j'ai promis de la dire, si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice...

 

Je n'ai qu'une passion, celle de la lumière, au nom de l'humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n'est que le cri de mon âme. Qu'on ose donc me traduire en cour d'assises et que l'enquête ait lieu au grand jour !
J'attends. "       

 

                                                                              Emile Zola

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives