14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 18:43

Nous sommes le jour du vendredi saint avec tout ce que cela suppose de souffrances pour la ville de mon enfance "le bourget" en cette période d'invasion massive par des hordes de voiles et de babouches pour cause de rencontres annuelles des musulmans de France, d'Europe et du monde entier. 

 

 

 

 

J'ai juste une envie folle, celle de retourner en son coeur, afin de retrouver, là un buisson devenu grand, là un mur de pierre sur lequel nous rêvions, assises durant des heures, avec les copines du prince charmant, là des pavés que nous avons martelés de nos premiers talons aux bals du quatorze juillet ou des pompiers. Ma ville me manque; j'entends encore battre son coeur de nos rires d'enfants, de nos peines, de nos courses poursuites à vélo et des appels de nos parents venus nous retrouver pour un pique-nique improvisé.

 

 

 

 

Ma ville j'y ai grandi certes mais j'y ai aussi travaillé durant trente-six ans au service de la population afin de permettre à chacun une rencontre avec les mots, les livres et leurs émotions. Au fil des ans mais avec une accélération  sur les dix dernières années, c' est une mutation totale qui s'est opérée. Ma ville est devenue sale, sinistre, insécuritaire, musulmane. J'y ai vécu le meilleur mais hélas aussi le pire de la vie d'une femme.

C'est donc avec une certaine nostalgie rêveuse que je circule dans les rues; pas un seul mot de français en vue, pas la moindre minijupe et encore moins de cheveux au vent. Plus un seul visage connu, le blanc a disparu, aspiré par les voiles, piétiné par les babouches. 

Chassée de chez moi, à coup d'agressions, de viol, de tentatives de meurtres, je me dirige donc vers ma boutique, ma librairie que l'on m'a volée au nom d'Allah le mécréant.

 

 

 

A maintes reprises, j'ai su que de nombreuses agressions avaient été commanditées par le taxiphone voisin lui-même inspiré par la gauche locale, le tout sous la protection du maire de la ville doublée de l'aval du commissariat de La Courneuve ainsi que de la complicité du tribunal de Bobigny. Une seule issue possible, fuir pour survivre et revenir fumer ces faux colibris.

Soudain au carrefour, mon sang se fige, se glace, mon coeur s'emballe, l'émotion est trop puissante. C'est le trou noir; je vacille et là tendrement, je sens que la main de papa se glisse au creux de la mienne. C'est d' ici qu' il est parti pour d'autres cieux et qu'il veille sur le lieu afin que rien jamais ne parvienne à prospérer.

Sur le trottoir, en grande conversation, le maître des lieux à la solde des salafistes, évoque son nouveau commerce inspiré par ses femmes.

Désormais à la place de la culture française se pâme la mode orientale.

 

 

 

 

 

 

Dans quelques jours vous allez voter, vous qui me lisez, aussi je vous demande en votre âme et conscience de regarder ces images.....

 

 

Demain, dans un mois, dans un an vous devrez vous aussi leur abandonner vos biens si vous voulez sauver vos enfants..... à moins que vous sachiez faire le seul choix éradiquant l'envahisseur à sa source.......à savoir Marine pour que vivent nos valeurs par delà nos vies.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by vegaelnath
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives