8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 10:01

Johnny Magamootoo, un Réunionnais à la conquête du Bourget

  • Par Cécile Baquey
  • Publié le 07/03/2014 | 07:10, mis à jour le 07/03/2014 | 12:43

Johnny Magamootoo prépare ce rendez-vous depuis 3 ans. Ce Réunionnais, conseiller municipal pendant 25 ans, rêve de parvenir à la tête du Bourget, une commune de 15 000 habitants, située au nord de Paris, en Seine-Saint-Denis.

Johnny Magamootoo, candidat à la mairie du Bourget © Cécile Baquey
© CÉCILE BAQUEY Johnny Magamootoo, candidat à la mairie du Bourget
Dans son local de campagne, Johnny Magamootoo, 49 ans reçoit des électeurs. Un opticien, un retraité, passent par là pour voir leur candidat. "C'est important la proximité, lâche le leader de la liste d'Union d'intérêt communal. C'est pour cela que j'ai quitté la majorité à la tête de la ville, dit-il. Le maire UDI, Vincent Capo-Canellas, sénateur depuis 2011 n'a pas le temps de s'occuper de ses administrés et moi, je n'étais plus sur la même longueur d'onde. Beaucoup de Bourgetins sont insatisfaits. Les taxes ont augmenté, il y a beaucoup d'insécurité et rien n'est fait pour les jeunes". 

Johnny Magamootoo et un électeur du Bourget © Cécile Baquey
© Cécile Baquey Johnny Magamootoo et un électeur du Bourget

 

De La Réunion au Bourget


Johnny Magamootoo est arrivé dans l'hexagone à l'âge de 14 ans avec toute sa famille. Son père, bijoutier, sa mère qui aidait dans la boutique et ses 7 frères et sœurs ont grandi à Clichy-sous-Bois. Sans trop rentrer dans les détails de sa vie personnelle, Johnny Magamootoo explique qu'il habite depuis 35 ans au Bourget. Il a monté en 1989 une société d'ambulances puis il s'est lancé dans l'immobilier. Le candidat a donc vu cette ville évoluer. "Il y a beaucoup de communautés ici et je suis fier, souligne Johnny Magamootoo, car dans ma liste, j'ai réussi à rassembler tout le monde. Il y a des Juifs, des bouddhistes, des musulmans, des chrétiens et des laïcs. Il faudrait au Bourget, poursuit Johnny Magamootoo, faire comme à La Réunion où les religions cohabitent si bien". 

Johnny Magamootoo, catholique et hindou dans sa jeunesse © Cécile Baquey

© Cécile Baquey Johnny Magamootoo, catholique et hindou dans sa jeunesse


Des problèmes d'insécurité


La ville du Bourget est connue pour son Salon aéronautique et de l'espace qui a lieu tous les 2 ans et qui draine un large public. Le reste du temps, la commune de 15 000 habitants ne brille pas par son dynamisme économique et culturel.  Elle ressemble à une ville-dortoir, avec son RER B qui permet à ses habitants d'aller facilement travailler sur Paris. Et puis selon, Johnny Magamootoo qui en a fait l'un des principaux thèmes de sa campagne, "l'insécurité est en hausse au Bourget. On constate une augmentation des agressions, des vols, des cambriolages, des incivilités et du vandalisme. Il faudrait donc, souligne le candidat centriste, une police municipale 24h sur 24h, avec plus de moyens."

Johnny Magamootoo devant son local de campagne © Cécile Baquey

© Cécile Baquey Johnny Magamootoo devant son local de campagne

La jeunesse au Bourget


L'autre cheval de bataille, de Johnny Magamootoo, c'est la jeunesse. L'ancien conseiller municipal délégué aux relations publiques et aux fêtes, trouve que rien n'est fait dans sa commune pour les jeunes. "Le stade de football est à l'abandon. Les jeunes n'ont même pas de car pour aller participer à des compétitions sportives à l'extérieur. Il faut donner des moyens au sport dans cette commune, lance Johnny Magamootoo. Et puis, souligne-t-il, il faudrait proposer des bourses aux jeunes pour qu'ils puissent étudier." Regardez cette vidéo dans laquelle Johnny Magamootoo explique les raisons pour lesquelles il a décidé de se présenter. 

La famille Magamootoo


Dans la famille Magamootoo, seules deux sœurs de Johnny vivent dans l'hexagone. Le reste de la famille est reparti à La Réunion. Le candidat aux municipales du Bourget, père de deux filles,  se rend une fois tous les deux ans sur l'île pour voir sa mère et suivre quelques affaires. Il consulte parfois son cousin par téléphone, Eric Magamootoo, ex-président de la Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion. "C'est important d'avoir ses conseils, et puis surtout, conclut rapidement Johnny Magamootoo, la famille, c'est sacré." Le candidat croit en ses chances. "Ma campagne de proximité va payer", dit-il. Johnny Magamootoo espère sincèrement gagner.


 

Le questionnaire de la1ere.fr

Comme tous les candidats ultramarins dont nous dressons le portrait chaque vendredi depuis le mois de décembre (portraits à lire en bas de cet article), nous avons soumis Johnny Magamootoo à notre traditionnel questionnaire, qui permet de mieux découvrir la personnalité du candidat.
 
Quel est le lieu qui symbolise le mieux Le Bourget où vous êtes candidat ?
L'aéroport car c'est un lieu mondialement connu. En deuxième position, je mettrais le marché, car c'est là que l'on peut se rencontrer.
 
Le lieu qui symbolise l'Outre-mer ?
Pour moi, c'est le Piton de la Fournaise, le volcan de mon île natale, La Réunion.
 
Quel est lieu qui symbolise la France ?
L'Arc de Triomphe à Paris.
 
Quel est votre modèle en politique ?
C'est Ghandi, sans aucun doute.
 
Quel est pour vous le plus grand président de la Ve République ?
Charles de Gaulle.
 
Votre personnage historique de référence ?
Je dirais Mandela.
 
Quelle est votre devise ou expression favorite ?
Mon expression favorite. Il y en a plusieurs, mais j'aime beaucoup : "les petits ruisseaux font les grands lacs".

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 15:47

Non, saint Vincent de Capo-Canellas, dit "le mastodonte", n'est pas une ambulance. Nous pouvons donc allégrement taper sur lui. Il a été élu pour ça, c'est son rôle de "punching-ball" social.


maire-marche.jpg

Les ans passent, la roue tourne, l'eau poluée continue de couler sous les ponts, les eaux usées dans les caniveaux et pour le maire, on ne s'attendait à rien et on arrive quand même à être déçu. Méfions-nous du flan qui dort, il pourrait nous surprendre.

Avec saint Vincent aux manettes, on s'ennuie puis on s'énerve; c'est l'histoire, c'est cyclique, c'est la vie bourgetine de se faire "baiser" par des parachutés qui prennent notre cité pour un trampoline. La ville, ils s'en moquent, mais leurs carrières ils la mênent tambour battant.

Le premier exemple est notre "mastodonte" arrivé tout droit de sa province, il y a plus de dix ans, suivi de près par son assistant parlementaire, Yannick Hoppe, dijonnais dans l'âme, sévissant sur notre commune comme personne, manipulant photoshop à merveille pour son maître le sénateur et qui se voit déjà en haut de l'affiche. Le tout réuni autour d'un directeur de cabinet, Guillaume Ruet, on ne peut plus discourtois, bourguignon, plus préoccupé par sa ville Chevigny-Saint-Sauveur où il est adjoint à la sécurité que par notre bonne ville de Le Bourget.

dijonnais-en-colleur-d-affiche.jpg

Cerise sur le gâteau, voilà le PS qui suit le même chemin en nous parachutant une Valérie qui visiblement, héberge un bon nombre de colistiers, puisqu'ils sont au moins trois à demeurer à la même adresse.

Mais revenons à nos problèmes....si l'on fait un petit bilan de l'improvisation perpétuelle d'une municipalité qui a préparé et travaillé les treize dernières années comme jamais, la dépression nous guette. Bref, nous sommes sous le choc, en état de torpeur. Nous continuons d'avaler des couleuvres, il suffit pour cela de lire le dernier livret de saint Vincent et nous attaquons l'aquarium. En gros ils veulent que nous avalions sans sucer.....

Le mastodonte est un malin, un grand malin; il sait pertinemment que ce n'est pas avec son bilan qu'il sera réélu, alors il joue un jeu dangereux, très dangereux. Son seul et unique espoir se résume à se pacser avec ses ennemis d'hier en  jouant le rassembleur. Pour ce faire, il doit libérer des places, banissant ainsi ceux qui lui ont sans doute permis de devenir sénateur, répudiant ceux qui en savent un peu trop au profit de nouvelles têtes. Nous découvrons alors des prises de conscience subite sur les réseaux sociaux:" 

Lionnel Cathelin
il y a 9 heures  via Facebook for Windows Phone 
Voilà après 13 années avec des responsabilités comme adjoint maire avec et de bon et loyaux service auprès des Bourgetins, le maire de cette ville ma ville, a pris l'initiative de me remercier et sans arguments hormis le fait de tourner et retourner sa fameuse liste sans pouvoir ou vouloir m'inserer, je pense que ce monsieur n'a pas trop la reconnaissance du ventre, si aujourd'hui il est sénateur il oubli mon implication auprès de mes collègues UMP pour qu'il puisse être sénateur.
Maintenant il me reste à réfléchir pour les prochaines années....
Mais surtout sortir de cette hypocrisie des partis politiques UMP, UDI, et SOCIALISTE.
 J’aime ·  · Partager



Rien de bien réjouissant sur ce coup là non plus, nous avons deux opposants avides de pouvoir:

 

 


 

durand-copie-2.jpg

"[LE BOURGET] Ce matin, sur le marché, à la rencontre des Bourgetins aux côtés de Vincent Capo-Canellas, Maire du Bourget, et de l'équipe de l'Union pour Le Bourget pour leur remettre le bilan 2008-2014 "6 ans de réalisations". Un accueil chaleureux, des échanges concrets qui démontrent chaque jour un peu plus que les Bourgetins sont fiers de leur ville et aspirent à poursuivre l'action entreprise par l'actuelle municipalité, contrairement à celle et ceux qui passent leur temps à dénigrer la ville et proférer mensonge sur mensonge. D'autres parlent ... nous, nous agissons ! – avec Jean-Baptiste BorsaliAlbert Conty et Gérald Durand."


  •  
  • 260859_100000721377055_657733293_q.jpg
    Lionnel Cathelin Charmant de voir les frères ennemis ensemble après avoir craché les uns et les autres sans compté les injures sur deux mandatures et plus.
    J'espère que les Bourgetins apprécions cette mascarade dans les isoloirs.
  • 211388_1579942423_694707221_q.jpg
    A M D à quoi ça sert d être revanchard .....l important c est les bourgetins justement c est exactement ce qu ils font dans cette équipe les égos de côté la ville en premier ....

 

-Durand, l'homme à la boîte d'allumettes en sa poche, criant au scandale pour une voiture brûlée, en l'occurrence la sienne.

 


 

mahon.jpg

 


-Mahon, l'ancien des RG aux multiples vestes et aux sorties de poubelles en slip sans marcel.

 


 

 

toubib-de-merde.jpg

et une toubib, fraîchement retraitée, ayant été mon médecin mais oubliant son obligation de réserve en révélant, sans hésitation, mon dossier médical à notre mastodonte en 2012.

Avec ces trois là, déjà, bonjour les dégâts, côté confiance!

Saint Vincent ne sait pas tout ce qu'il fait, Capo-canellas ne peut pas faire tout ce qu'il veut, le mastodonte manque de courage devant les victimes, le maire se couche devant les investisseurs et mets des années à remplir un immeuble, Vincent, le mou qui n'aime pas le peuple mais Vincent qui politiquement sait exactement où il va.

Plus la ficelle est grosse, plus le con grimpe à l'arbre.

C'est qui les cons? 

 

 


 

voeux-chinois.jpg


 

 

 

 


Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 08:51

Mon combat a dix ans, bon ok, vous le savez tous, je ne cesse de le dire à chaque article. Mais là, chers lecteurs, vous allez mesurer le poids des ans au nombre de victimes sur notre ville et croyez moi, même en modérant mes propos, la violée que je suis, pense tout simplement que depuis dix ans TOUS les responsables locaux sont de belles raclures.

violeur-le-bourget.jpg

Sur ce blog, j'avais déjà exprimé ma colère concernant les jeunes filles violentées et le silence des bourgetins. Je les comprends, ils ont, vous avez,  peur, des représailles, de ne pas être écoutés, d'avoir vos biens incendiés ou de subir le même sort que les victimes; toutefois le silence est juste le meilleur allié des violeurs; il les conforte dans leur toute puissance et nous nous devons de les dénoncer inlassablement.


http://le-bourget.over-blog.com/article-tous-complices-depuis-8-ans-104064711.html link


J'ai donc une pensée toute particulière pour Magalie, Kadidja, Soraya, Emilie et toutes celles qui se reconnaîtront puisque nous partageons les mêmes secrets. Pour elles, pas de UNE de la presse, pas d'article sur le blog de notre maire, rien, juste le silence, leurs larmes, leurs sanglots, leurs envies d'en finir et ma main. Faible réconfort aussi solide qu'un fil de soie d'araignée, si fin et pourtant si résistant.

J'ai relu, les larmes aux yeux le petit message d'une maman, envoyé il y a quelques années, il en dit long sur la solitude des victimes et de leurs proches:

 


"Comment ça va ?
Petit message pour prendre de vos nouvelles ...
J'ai beaucoup pensé à vous depuis notre rencontre, 
eu envie à plusieurs reprises de vous envoyer 
un petit message, mais manque de temps et
surtout je ne le fait pas au moment ou j'y pense ....
Nous ne sommes toujours pas rentré chez nous,
et mon emploi me donne une charge de travail 
assez imposante en cette période.
Ma fille vous remercie pour votre message
et se joint à ma missive pour vous transmettre ses amitiés.
J'ai lu votre livre.
Il m'a profondément touché, attristé, peiné, révolté.
Je cherche des mots, mais je bloque et ne sait que dire ....
Je suis en colère aussi, oui en colère de savoir que dans
la ville que nous avons tant apprécié, les gens sont lâches
et se murent dans leur silence et couvrent ces horreurs que vous 
et trop de jeunes ont subi.
Nous avons toutes les deux des points communs et notamment
celui de briser ce silence....! S..."


Comment puis-je ne pas m'indigner quand je vois l'utilisation à des fins politiques de ces derniers crimes, commis par un enfant de quatorze ans sur des jeunes filles de vingt ans en notre commune.


http://vccblog.typepad.fr/vccblog/2014/02/la-police-municipale-et-la-vid%C3%A9osurveillance-permettent-larrestation-dun-individu-mis-en-cause-pour-.html  link


A un mois des élections tous les moyens ont été déployés et si je me réjouis de cela, je ne peux que  regretter qu'ils n'en fût pas de même pour tous les autres cas depuis dix ans. Dix ans de gachis et de vies volées.

Il était pourtant clair que le collège de la ville nourrissait en son sein de la graine de violeurs depuis des années; deux des miens en 2004 étaient déjà issus de ce dernier et se vantaient de leurs exploits, faisant des émules. Ils développèrent même au fil des ans une technique imparable: " tu voles le tel d'une meuf et tu ne le lui rends  qu'en échange d'une pipe, voire plus si affinité!".

Il a donc fallu attendre 2012 pour que des jeunes filles osent franchir le pas de s'exprimer et en fassent enfin condamner deux, à deux ans et dix-huit mois de prison. Je n'ai pas vu sur le blog de notre maire, la moindre ligne en ce sens.

Je suis heureuse de constater que les services des polices municipales et nationales savent unir leurs efforts lorsque le maire le leur demande, devenant ainsi efficaces. Durant dix ans, les caméras ont rarement vu quelque chose, c'est à croire qu'elles aussi, ont fait des progrès!

Toutefois un petit rappel, il n' y a aucun mérite, aucun honneur à mener à bien une enquête, c'est juste un devoir, une obligation de service aux citoyens afin de leur assurer une sécurité quotidienne.

Recevoir des félicitations publiques eussent été pour mes parents gendarmes, le pire des affronts car justement cela aurait signifié que le reste du temps ils baclaient un peu la question ...de nos jours le sens en est-il le même, allez dont savoir....avec l'inversion des valeurs?

 

 

 

DSCN3695.JPG

 

 

 

 

 


Toutefois, je vous rassure, en cas de réelection de la dite équipe, les viols pourront reprendre en toute tranquilité.....cela fait dix ans qu'il en va ainsi!



Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 17:09

 Les Cons, ne seraient-ils pas ceux qui ne pensent pas comme nous?

 

 

 


4842629941_083d6e5f78.jpg

Là, je veux vous parler du type qui avait au départ les boyaux de la tête en bon état de marche mais qui les a laissés se bouffer aux mites.

Il y a quand même un coupable: cette bon dieu de Société à la (précisément) con.

Les cons n'ont pas le droit à la parole. Il ne s'agit pas de les brimer, de leur faire du mal. Il s'agit de les empècher de faire les cons.

J'aime beaucoup les chiens, les chats et les papillons. Je ne voudrais à aucun prix leur faire du mal. N'empêche que ce n'est pas à eux que je vais demander conseil quand j'ai une décision à prendre.

3756220575_44601034e5.jpg

Pourquoi les cons auraient-ils la parole?  

lls ne doivent avoir  aucun droit aux décisions. Ils sont trop dangereux. Eux ils n'ont pas de scrupule à agir sur la vie des autres, à leur imposer leurs goûts, leurs goûts de cons, à les plier à leur conception de la vie en société, à leur conception de cons.

Les cons sont incapables de discerner ce qui, dans ce qu'ils croient être leurs raisonnements, n'est qu'impulsions sauvages, tendances morbides, peurs, complexes, émotions, réflexes conditionnés, idées toutes faites, réactions grégaires, intérêts collectifs, évolutions personnelles, pouvoirs...

Le con est trop con pour se rendre compte qu'il est con. Il tranche de tout, décide, condamne et vote avec une autorité qu'aucune hésitation n'altère. On peut faire du très bon boulot avec une intelligence imparfaite, puisque toute intelligence l'est, à condition de connaître ses propres limites et d'en tenir compte.

Dans la liste de notre maire actuel, il y avait déjà un joli charabanc empli de cons, mais ce qui s'annonce, va sans doute le plomber un peu plus dans son ascension vers le pouvoir suprème.

 

 

 

 


 

durand-mahon.jpg

Durand et Mahon, tous deux conseillers d'opposition depuis deux mandats successifs, basculent vers une liste qu'ils combattent depuis autant d'années.

Je suis perplexe, nous avons au final, nous les bourgetins, voté pour des individus qui ont passé dix ans à nous trahir, faisant copains-copains avec monsieur le maire! 

L'un d'entre eux était mon ami; j'ai oeuvré pour sa campagne plus que de raison en 2008 et je ne le regrette pas car j'ai un énorme défaut, je vais jusqu'au boutisme lorsque mes valeurs et ma ville sont en danger.

Ce choix m'a valu le rejet de toute la municipalité, logique à la con, me direz-vous!

En dix ans, Durand, mon ami, mon frère d'armes, n'a pas hésité une seconde à m'abandonner là, sur le bord de la route, ne se positionnant jamais à mes côtés et pour cause l' intêret personnel prévalait largement sur l'intéret collectif et encore plus sur notre amitié....

C'est con, mais je vais avoir du mal et je ne vais pas être la seule, à digérer la pilule et donc à accorder ma confiance à une liste qui n'est qu'un ramassi d'individus mus par une seule idée, le pouvoir et son confort.

La ville, ses habitants, ses commerçants, mais franchement.....ils n'en ont que faire; toutefois, durant deux mois encore, ils vont vous dire, tout l'inverse ....vu qu'ils prennent leurs électeurs, pour des Cons.

 


Cette liste "le bourget d'abord" est un chef-d'oeuvre de concoction papelarde, un entrelacs d' ambiguités, la neuvième symphonie de l'hypocrisie. Ah, les vaches, ah les sournois, ah les cons!

 

 

 


2307125905_df1a4cc7e8.jpg

Chers amis, chers bourgetins, sachez que l'on peut parfaitement peser juste avec une balance fausse, à condition de la savoir fausse!


Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 10:31

Mon combat a dix ans, le premier braquage à mains armées également et la dernière agression a huit jours. C'est long, dix ans d'une vie à survivre, à subir, à lutter juste pour exercer un métier, celui de libraire.

De nombreuses élections ont eu lieu durant ce laps de temps et à chaque fois je suis allée tout naturellement vers chaque candidat qu'il soit de gauche, du centre ou de droite car je considère que les victimes ne sont l'affaire d'aucun parti mais de tous les partis. Je pose une question simple:

                              " Que pouvez-vous faire pour les victimes?"

J'ai toujours eu une réponse des candidats de la droite et du centre, parfois de façon stéréotipée, mais au moins un échange courtois. Pour la gauche, ce fut de façon constante en mode silence radio.

Les élections municipales se profilent et avec elles, une candidate PS, Valérie Mery, parachutée certes, mais semblant investie d'une mission, puisque le nom de sa liste est:

"Ma force c'est vous, mon ambition c'est Le Bourget".

 

mery.jpg

Une page FB est d'ailleurs créée pour l'occasion et c'est donc ravie que j'écris à la candidate de façon privée dans un premier temps. Aucune réaction; j'ose donc le message public, et certains de mes soutiens également.


Pour la réponse, je vous la livre à l'état brut:

 


 

"Liste : Ma force c'est vous, mon ambition c'est le Bourget Madame Sardin, notre liste a publié un texte sur la situation économique et sur le programme du FN parce que nous avons été interpellés de façon violente sur ces sujets par des personnes qui prétendent vous défendre. Peut être ne font-ils que vous utiliser ? En ce qui concerne votre problème, que je tiens pour grave, il me parait insupportable et étonnant d'avoir subi 34 agressions sans réaction des pouvoirs publics pour faire cesser ces attitudes. Nous savons que la justice est parfois lente mais vos plaintes se doivent d'aboutir si elles sont suivies par votre avocat. En tant que premier magistrat de la commune, le Maire est en capacité d'appuyer une démarche justifiée auprès de la préfecture et des ministères. Nous restons étonnés par le silence que vous lui prêtez. Cependant, nous constatons également que vous prêtez le flanc aux provocations par vos écrits, vos paroles et votre sympathie affichée à un parti raciste et xénophobe. L'agressivité des mots engendre souvent des comportement inadmissibles. Et nous nous posons la question de savoir si d'autres commerçants de la ville sont traités comme vous par leur clientèle ? le vivre ensemble demande des efforts de part et d'autre."

 


Ce texte est typique de la pensée extrême de la gauche , celle qui blâme toujours les victimes puisqu'elle est du côté des criminels.

Je n'espérais pas tant de belle preuves écrites, ni un tel déni public; le pire était à venir.

Cette candidate a un époux, élu de la république, un peu farceur côté trottoir, à ses heures, mais bon, nul n'est parfait: Serge Mery.

 

 


mery-couple.jpg

Là encore, des soutiens osent lui soulever le problème, tout comme ils le font à Monsieur le sénateur-Maire actuel, car c'est humain de vouloir aider une victime à rester travailler en sa commune et tenter de faire cesser ses souffrances.

 

 

 

 


serge-mery.jpg

Sa réponse vous glace le sang et je vais la résumer en une phrase:

"tu es blanche, tu es catholique, tu aimes l'histoire de ton pays et tu dis la vérité sur ton département, tu MERITES ce que tu subis."

Il incite à la haine, par ce qu'il représente, par le pouvoir de ses fonctions et son statut social, ses troupes et tous ceux qui le lisent. Dans les rangs se bousculent un certain nombre d' élites intellectuelles ne comprenant qu' une seule chose " c'est une raciste,on a TOUS les droits".

 


 

 " Serge méry: Nous sommes en plein délire de personnes qui ne sont que des défenseurs acharnés du Front National et de ses idées les plus nauséabondes. Il n'est pas question pour nous d'éluder les problèmes posés par la délinquance ou la criminalité. Mais il n'est pas question non plus de laisser dire que notre département serait le repaire de tous les désastres. Rien n'est facile, mais pour nous qui vivons ici, nous savons qu'il y a de la richesse d'esprit, de l'inventivité, du dynamisme. Lorsqu'on nous assure qu'une femme a été 34 fois victime, naturellement, on se renseigne. Et, on se rend vite compte qu'il n'y a jamais eu de suites judiciaires. On regarde également qui sont les défenseurs de cette femme victime soi-disant Gaulliste. On découvre des portraits de Marine Le Pen, des sigles de nazillons, de l'amour des chants grégoriens, des modèles réduits de templiers faisant la guerre sainte. On voit se lever des "amis" comme Alfred Vierling (Pays Bas) ou Guillaume Faye qui prônent la fierté chrétienne, la suprématie de la race blanche, l'invasion islamique par la démographie et les menaces sur l'Europe qui va disparaître ! Ces idées n'ont pas à s'exprimer sur mon mur."

Ce harcèlement commandité par vos soins n'a pas sa place en mon échoppe!

 

 



Je me suis longtemps interrogée sur les origines de cette haine collective, désormais je la connais et vous aussi chers amis!

Une plainte a donc été déposée à l'encontre du couple et je vous propose de lire cet excellent article su site "minurne":

link

http://www.minurne.fr/marie-neige-sardin-la-libraire-du-bourget-passe-a-l-offensive?trck=notif-10577573-990331-10P3B#message_1932493072

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 16:53

Souvenez-vous de Pépin la bulle, avec son béret orange surmonté d'un pompon vert, de son amie Brigantine, toute de rose vêtue et de Garatakeu, le singe joueur de xylophone arborant lui, un béret tout vert; ils nous faisaient voyager grâce à une bulle de savon à travers le monde.


 

A chaque escale, il arrivait à nos héros, une aventure amusante et originale. Nostalgie d'enfance me direz-vous; pourtant, à y regarder de plus près, en observant notre pays et ses dirigeants, j'ai le sentiment, d'une nouvelle saison, dans la série!

Désormais, plus besoin d'une bulle de savon pour nous transporter, seul le savon nous suffit, tant les peuples de la Terre envahissent la Nation.

Les bérets verts se sont transformés en Bonnets Rouges, et nos élus sont tous des Garatakeu en puissance, faisant virer, nos rires d'enfants, au jaune banane.


3791228068_4ed1a55b32.jpg

Oups, le mot est laché, notre Brigantine nationale va encore se sentir opprimée, rejetée ....au point de nous glisser en une minute, une peau tigrée, occultant pour quelques jours encore, l'essentiel du chaos dans lequel sombre notre chère France, cher Pays de notre enfance.

Devant un tel spectacle, j'ai juste une envie, celle de secouer le cocotier, pardon le bananier, afin d 'éliminer ces improductifs, bornés de surcroît.

Si je tourne mon regard, sur mon département et plus précisément sur ma commune, alors là, c'est l'apothéose garantie:

- Un maire et son conseil municipal, ne savourant que les dattes fourrées, les bananes flambées, le rhum et l'ananas, affublés d'une police municipale dont le chef porte les cageots à longueur de journée en oubliant ce à quoi il se doit de par son uniforme. 

- Un député, fier de glisser des peaux de bananes à ses administrés, histoire de leur faire gober certains financements.

- Un sénateur, plus empressé d' inviter certains citoyens choisis au sénat et d' y faire des mondanités, que de parcourir  le territoire à l'écoute des vrais problèmes sur le terrain.

C'est cela le vrai visage du racisme, le déni total des souffrances d'un peuple blanc, chrétien à qui l'on tente de retirer la dernière arme qu'il brandit: l'humour comme l'impolitesse du désespoir.

Celui-ci ne se résigne pas, il défit; il est la colère maquillée, il éclaire nos heures sombres et il est l'euphorisant de nos souffrances. En priver tout un peuple c'est amorcer une révolution.

 

 


 

7574806098_6ca78260e3.jpg

Pourtant, il existe encore des hommes de dévouement, de courage, de noblesse qui n'hésitent pas à aller au bout de leurs engagements.

 

 


 

DSCN3553.JPG


L'un d'entre-eux a servi sur notre territoire bourgetin, il y a vécu l'enfer; toujours près à intervenir, dévoué aux autres, à l'écoute pour moi, mais ne rentrant pas dans le moule voulu par la municipalité. Il a demandé sa mutation, comme le font tous les bons éléments et si son départ m'a profondément attristé, sa médaille m'a émue aux larmes.

 

 


DSCN3548.JPG

Grâce à lui et à ses collègues d'Epinay, j'ai une certitude, dans tout ce tragique, des médailles peuvent encore émouvoir tendrement la femme qui n'est plus en moi.


image.jpeg

 

 


                                                   Merci pour cet espoir rendu.


 

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 13:05

Fabrizio(2001), Angélina(2004), Timéo(2006), Océana(2013) sont tous nés sur le sol français.

Cidalina et stéphane, leurs parents, sont bourgetins depuis 1997.

 


4016395090_86c1829a5a.jpg

Monsieur le Sénateur-maire,  les a reçus en 2000.

Ils ont effectué une  première demande de logement il y a douze ans, se sont déplacés de nombreuses fois en mairie, au service logement.

Ils ne comptent plus les coups de téléphones passés où une secrétaire leur promet un rappel par le Maire-adjoint en charge du dossier dans les plus brefs délais.

Durant ces douze longues années de patience et d'inaction des services sociaux, ils n'effecturont la visite que d'un seul et unique appartement.

Des parents qui vivent dans un studio de quinze mètres carrés, des enfants placés dans des familles d'accueil, y compris pour le bébé venant de naître, afin d'éviter un surpeuplement.

Une fratrie éclatée, dans l'impossibilité bien souvent de se voir et de partager un moment ensemble.

Des regards tristes, ceux d'enfants sacrifiés par des institutions et des élus qui ne les jugent pas prioritaires.

Le désespoir et la rage au coeur d'un couple qui ne comprend plus cette société qui les abandonne, les délaisse, leur otant la chair de leur chair alors qu'il ne réclame qu'un petit appartement ....

 


 

 

 

5466738726_8877d09fdb.jpg

Ce dernier est réservé à une famille africaine, maghrébine, pakistanaise, hindou fraîchement débarquée, voire à une famille rom comme le veut la mode actuelle. Eux sont prioritaires!

 

1588615030_0863a8b3de.jpg

La maman travaille dans une boulangerie sur Paris, ne comptant pas ses heures dans l'espoir d'obtenir enfin une reconnaissance de sa famille et de son droit à voir grandir ses petits.


2508761970_ff79d50087.jpg


Préférer placer des enfants alors que tout est fait pour les étrangers en faveur du rapprochement familial.

Au Bourget, ces enfants, ces parents n'ont donc plus aucun droit; ils sont tous  coupables, de nationalité française et de peau un peu trop laiteuse pour la bien-pensance actuelle.

Mais si je porte à votre connaissance ces faits, c'est aussi parce que j'ai découvert que pour avoir rapidement un appartement en ma bonne ville, il suffit d'avoir le bon passe droit.

Les enfants des Maires-adjoints sont également prioritaires.

L'un d'entre-eux, venant de convoler, a d'ailleurs bénéficié d' un appartement dans les plus brefs délais; tout comme il avait obtenu gracieusement la location de la salle des fêtes de la ville.

Chose impossible pour les citoyens bourgetins. Ceux -ci sont priés de se marier ici et  d'aller bruncher ailleurs, la salle étant réservée aux associations.

 


6166620162_18c4a63832.jpg

Une révolution doit se faire. Je ne peux souffrir de telles injustices sous mes yeux. Les compatriotes d'abord et malheur à ceux qui osent ainsi détruire une famille française.

Inutile de supporter plus longtemps ces bouseux nombriliques méritant une éviction de leurs postes pour fautes graves, et mise en danger de la vie d'autrui.

Ils découvriront que la roue tourne et que faire souffrir le bon peuple ne demeure jamais impuni.

 

  

3713325612_f732901bba.jpg

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 17:05

De longues semaines d'absence, d'errances intérieures, de plongées en apnée dans un silence quasi religieux.

Pour seuls signes de vie, le babillage des hirondelles, le sifflement des merles et le croassement des grenouilles amoureuses.

 

 


 

7002710933_b753ecda8d.jpg

 

 

 


Allongée sur la mousse, les pieds trempant dans une petite source alimentant l'étang, je suis Bien, je Vis.

Ici nul danger humain, nul risque de voir surgir la haine au détour d'un roseau ou d'une fougère, nulle peur ne venant mettre mon corps en émoi. Juste l'apaisement, le vrai; celui vous reliant directement aux cieux, tant l'instant est magique, cristalin, puissant, énergétique, étincelant de lumière et du bonheur de le vivre, malgrè tout.

Les branches du saule pleureur, agitées par un léger souffle, viennent me chatouiller le visage. Ces caresses furtives me font sourire aux anges, les rayons du soleil réchauffant mon corps givré font le reste. Moments de plénitude, comme vous allez éclairer mon combat!

C'est en ces lieux, oubliés des hommes mais non de Dieu, que j'ai songé à Ma France.

En pratiquant vingt-sept jours de grève de la faim, j'ai pu mesurer à quel point, les intérêts propres des uns et des autres primaient sur l' utilité collective.

Mon erreur, si je puis dire, a été de ne point en avoir mesuré la profondeur; malgrè des appels téléphoniques au cabinet du maire, des mails, des fax en provenance de toute La France, de l' Europe et des Etats Unis, de personnes s'émouvant de la situation, nul ne daigna détourner le regard et encore moins formuler une réponse, fût-elle de politesse. Monsieur le maire, sénateur de surcroît, Monsieur le député, également interpellé par le peuple et toute la municipalité se sont donc largement gaussés de cette grève; n'y attachant aucune importance voire pire, souhaitant en petit comité "trouver rapidement un tas d'os derrière la caisse!".

Humour noir, me direz-vous....qui se poursuit lorsque je croise des anciens bourgetins, à qui j'ai pourtant bien des fois, tendu la main et qui me lancent en pleine rue, tout sourire:

"Alors vous n'êtes pas encore morte, depuis le temps que l'on veut vous assassiner?".....

Idem, que songer, lorsque le personnel de mairie, répondant aux appels me concernant se permet d'ironiser, de montrer son exaspération tout en vomissant son mépris et sa haine à mon encontre. Sans doute ne sait-il pas que le pouvoir est chose fragile et que la toute puissance ne promène pas son cul sur les commodes.

Certes l'on ne peut pas plaire à tout le monde.

Le doute, concernant cette grève de la faim, se logea  même, là où je ne l'attendais guère, chez des patriotes, des amis où se targant de l'être.

La palme revenant à une ancienne poule de luxe, résistante de la première heure, dégueulant à longueur de posts sur tous les sites relayant notre affaire, ne m'ayant jamais rencontrée et ayant la science infuse; mais au moins a t'elle le mérite de le faire à visage découvert et aux yeux de tous, assumant ses paroles et ses écrits.

Elle fut suivie dans sa débauche, par des relations aux agissements beaucoup plus pervers, malsains et scabreux, appartenant à la blogosphère, reportant sur l'autre, leurs propres carrences, leurs insuffisances et recherchant le conflit de façon à provoquer une catastrophe, à partir de rien, une mise sur le dos, voire une mise à mort de façon gratuite! Là, tout se fait sous le manteau, sous des pseudos et en messages privés. Quel courage, quelle audace, avec ceux là, ma France, elle peut aller se rhabiller!

Depuis fort longtemps, je pressentais ce climat, un monde de messes basses et de mensonges; un monde faisant de ma cause et de moi le bouc émissaire des lâches, m'écrasant en tous sens.

Je préfère en sourire, car en agissant ainsi, ils m'ont libérée de mes chaînes.

Perchée sur mon fil d'acier, en équilibre perpétuel pour cause de bourrasques intempestives, là haut, au-dessus de la mélée, je vous observe, monde d'en bas, dans votre course au pouvoir et à la reconnaissance.

Les mois à venir sont ceux de la campagne municipale, vous m'avez octroyé des droits qui sont en fait les vôtres, ceux du grand déballage, de l'irrespect, de la raillerie.

Certains vont sortir de la liste du maire pour se présenter contre lui, d'autres qui étaient dans l'opposition vont la rejoindre. Un troisième fait la pute partout où il peut pour ratisser large, se targuant d'appartenir un coup à l'ump, un coup au fn suivant son interlocuteur et présentant sa candidature sur une radio arabe.

Croyez moi, il y a matière à écrire sur ces raclures politiques qui n'ont que faire du citoyen, de leur commune, de la culture et du bien vivre ensemble qu'ils prônent à longueur de discours et de tracts.

Voici un bel exemple de partage culturel,authentique, sincère qui rend simplement le peuple heureux:

 

 

 


 

 

" Le monde est plein de gens qui se disent des raffinés et puis qui ne sont    pas, je l'affirme, raffinés pour un sous"

                                                             Louis-Ferdinand Céline


 



 

 

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 17:24

Les bourgetins et moi même sommes excédés par un tel débarquement tous les ans à Pâques:

 

 


 

 

 

 

Propagande .........A venir:


- Le salon de la sharia!

- La boutique du caillou lapidaire où des formations du lancer sont disponibles sur place!

- Concours de Miss Slave 2014!

- Cours d'immigration 101; le thème cette année:

" Comment emburkatiser une gonzesse après l'avoir manipulée émotivement".

- Appel à détruire toutes les pyramides et pour commencer celle du Louvre!

- Gratuité pour tous ceux qui ont le cul sur le pétrole, les mains pleines de sang.

- Crèche coranique ouverte car en France et plus particulièrement Al bourget, il est désormais formidable d'être fondamentaliste!

- Concours de lapidation d'infidèles coptes spécialement importés d'Egypte( premier prix: un voyage à la mecque, tous frais payés)!

- Pour vous messieurs, une aubaine avec la possibilité de faire le choix de vos futures épouses parmi les fillettes arrivant des camps syriens!


 

 

 

 

 

BON SALON!!! 


 

"Hommes, bêtes, villes et choses, tout est imaginé. C’est un roman, rien qu’une histoire fictive. Littré le dit, qui ne se trompe jamais."

Céline (Voyage au bout de la nuit)

                                                       

 

 

 

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 10:32

Décembre est arrivé, les grossistes ont assuré nos commandes, la vitrine nous avons faite, l'échoppe est donc fin prête pour les festivités.

Au fil des jours, j' espère voir ma ville s'ouvrir à Noël. Dans les artères, tout n'est que bouchons et coups de klaxons, du matin au soir et du soir au matin. Les raisons sont nombreuses: des travaux de câblage s'éternisant, des jardiniers préparant les bacs pour le printemps, des éclairagistes accrochant des filaments de lumière aux intersections et dans les platanes. Les trottoirs grouillent de gens divers s'agitant, vociférant dans un charabia incompréhensible, mettant un tohu-bohu indescriptible en la ville.

 


1758968416_d273e40eaa.jpg

Souvent, tôt le matin, j'aime contempler le lever du jour sur mon pas de porte. Les cieux sont souvent un tel ravissement, mais, Le Bourget s'éveille et il a bien mauvaise mine. Telle une mère au chevet de son enfant, je prends sa température, j'humme ses effluves, je les ressents au plus profond de mes entrailles; il n'est même plus l'ombre de lui-même, lui qui pourtant, a tant fait rêver le monde entier.

Souvenez-vous: c'est au Bourget que s'est posé Charles Lindbergh, à l'âge de vingt-cinq ans, au terme de sa traversée de l'Atlantique à bord du Spirit of Saint Louis. Il arriva le 21 mai 1927 après avoir parcouru 5800kms en trente-trois heures et trente minutes. Environ 200 000 spectateurs l'attendaient sur les pistes....

 


STP-041_Lindbergh-in-Paris_1927.jpg

 

 Aujourd'hui, pas même un panneau n' indique la direction à suivre pour s'y rendre.

Je suis inquiète à double titre donc, car si notre histoire et ce glorieux passé sont ignorés, il en va de même pour nos repères chrétiens, ils ont disparu!

 

 

DSCN3362

 

DSCN3358

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que faire, face à l'anéantissement des valeurs de notre enfance?


 

 

DSCN3360DSCN3361

Dans les magasins, point de musique de Noël; dans les rues, point de chaleur humaine ou de partage, aussi une question me taraude, où sont passés les enfants?

Nous passions des heures, accrochés à la vitrine du boulanger, salivant devant les chocolats, les marrons glacés et les bûches; nous nous extasions devant celle du charcutier, mettant à l'honneur les boudins devenus blancs en l'espace d'une nuit et le fois gras s'affichant en l'étal dans ses habits de fêtes. Mais c'est sans doute le poissonnier qui remportait tous les suffrages de curiosité, tant de crustacés remuant leurs pâtes velues, tant de poissons, tant de coquillages inconnus aux noms évocateurs de vacances, de plages et de pêches en mer. Nous courrions devant nos parents, d'une vitrine à une autre, les tirant par la manche, leur posant mille questions. Nous étions dans cette espérance que seul procure le mois de l'avent. Un bonheur simple, une joie non dissimulée, des yeux qui brillent, des rires mais aussi de la ferveur face aux immenses sapins se dressant devant l'église, dans la cour de la mairie et dans chaque école. Le Père Noël nous croisions au détour d'une rue, les crèches publiques nos faisions avec la plus grande application, conscients de l'importance de la place de chacun mais aussi de cette magie, chaque année, renouvelée. C'est ainsi que nous apprenions tout simplement le bonheur de vivre ensemble, heureux, dans une communion réelle et sincère.

 Au fil du temps et en accéléré depuis deux ans, il ne subsiste plus rien de toutes ces valeurs, de toutes ces émotions. Ma ville s'est fermée au christianisme pour mieux ouvrir les bras à d'autres communautés.

 

DSCN3363DSCN3364

DSCN3361

Il semble mal vu et mal venu de dresser un vrai sapin d'une hauteur supérieure à un mètre et de le décorer. Les rares présents sont nus, se faisant le plus terne possible puisque soumis à la lumière froide et bleutée de trois cônes emboîtés, censés les représenter; inutile de chercher un sommet ou une étoile brillant au firmament, ils sont abolis. L'étoile au sommet rappelant pour les chrétiens, l'étoile qui guida les rois mages.

Le sapin en clef de lecture chrétienne rappelle l'arbre de la vie, image du Christ, don suprême de Dieu à l' humanité. Le message du Sapin de Noël est donc, que la vie reste verte et qu'elle est un don, non matériel mais d'elle même, dans l'amitié et l'affection, dans l'entraide fraternelle et le pardon, dans le partage et l'écoute de l'autre.


DSCN3367

Le sapin de Noël n'en est pas un, sans les décorations qu'il doit porter. Une amputation volontaire sans doute, pour ne pas offusquer les diverses communautés, mais surtout un grave signe de soumission à leurs cultures.

La ville, abandonnée aux mains de la diversité, a vendu son âme aux boubous, aux djellabas, aux roms et aux barbus. Elle vomit Noël et ses traditions, mais favorisent, par son laxisme, l'insécurité, les deals en tout genre, l'inversion des valeurs et la fuite vers ailleurs des derniers bourgetins de souche.

Le 24 décembre au soir, j'ai simplement traversé la rue pour me rendre chez le boulanger, en courant; il était vingt heures trente, des groupes de musulmans en babouches et turbans occupaient la place, tout le trottoir, c'est plus convivial, pour eux. Nous étions à quelques heures de la messe de minuit et je me suis sentie, traquée par une multitude de regards hostiles. J'étais indésirable sur ma propre terre, en la ville qui m'a vue grandir.

Noël n'existe donc plus ici, il semble indécent de le dire clairement, voire raciste de le penser et sans doute pire encore de l'écrire publiquement. Seulement voilà, c'est juste une réalité visible par tous; la ville est gangrenée avec l'aval des plus hautes autorités. Ces dernières, elles, s'expatrient en province, le temps nécessaire, là ou cette fête possède encore un vrai sens, puis rentrent pour la tournée de voeux. Comment ne pas en vouloir à ces envahisseurs irrespectueux envers leur pays d'accueil, mais aussi à ceux qui leur ouvrent les bras, sans aucune réserve, sans se retourner, juste pour récolter des voix électorales leur permettant de conserver ou d'obtenir le pouvoir et son confort. Ces derniers oseront présenter leurs voeux de Bonne Année, feront un discours ou un tract en ce sens, mais en fait, qu'on le veuille ou non, ils n' aborderont en aucun cas le présent, ils dénieront nos manques, nos pertes de liberté, nos peurs, nos souffrances de citoyens au profit de leurs projets en 2014, voire en 2020 .....

Pour moi, se mettre au service de son pays, c'est tout simplement s'oublier maintenant pour mieux le faire exister demain.

Combien d'hypocrites vont venir pendant un mois m'honorer d'un "Bonne Année- Bonne Santé" et que se passera t il en février? Celui qui hier vous semblait si désireux de vous aider se révélera être le dernier à bien vouloir le faire.

Je n'ai rien contre les voeux eux-mêmes; je commence juste à en avoir assez de me voir imposer des figures imposées par les autres surtout quand elles ne sont pas sincères mais en plus irréalisables.

Pourrions-nous souhaiter un monde plus juste et moins hypocrite? Pourrions-nous conserver TOUTES nos traditions avec fierté et honneur, afin de ne pas couper l'arbre de ses racines.


DSCN3365


Les voeux comme le sapin sont une coutume. L'hypocrisie humaine en fait donc disparaître certaines pour ne cultiver que les us, aux vertus d'ascenseur social.


5694432772_1b74d4df62.jpg

 

 

Que dire alors, de quelqu'un qui ne vous les présente pas?  

                Même la philosophie n'en possède pas la réponse. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives