27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 07:41

 

sans doute l'écrit me concernant qui m'a le plus émue et dont je remercie l' auteur .

 

 

 Marie Neige Sardin : Une femme française debout ! par Jean-Marc Desanti

 

 

Marie-Neige-Sardin-Shop-Owner-Paris-France-Muslim-No-Go-Zone-Rape-Victim-Muslim-Threats-550

 

 

 

Marie en procès ! L'impensable ! L'inconcevable !
Lorsque mes lointains ancêtres, de parfaits métèques, fuyant les pogroms, l'injustice et la misère arrivèrent sur le sol de France, ils furent subjugués par la beauté des lieux mais surtout à jamais bouleversés par la devise au fronton des mairies : Liberté, Égalité, Fraternité.

 

Alors ils ne choisirent pas « l'intégration » mais « l'assimilation » pour cette patrie si tendre et si exceptionnellement accueillante.
Ils aimèrent tant ce pays que beaucoup d'entre eux choisirent le métier des armes et que tous servirent le drapeau tricolore dans toutes les guerres menées ou subies par la France. Depuis il est de tradition chez nous de marcher, sac au dos, le fusil à la bretelle, sur la terre de notre pays et d'apprendre à vagabonder les nuits froides de janvier. Là, où sur les champs désertés, sur les branches mutilées qui jalonnent les chemins, il y a encore de la neige … Marie.

Marie Neige Sardin , Libraire dans le « neuf trois » a été insultée, agressée, cambriolée, violée par des barbares incapables de la moindre sensibilité, au risque de ne jamais trouver chez eux une parcelle d'humanité.
Alors, comme disait Brel à qui on reprochait d'avoir écrit des textes durs, mais plein de vérité comme les singes ou les flamandes : « Quand on a mal , on gueule ! ».

Son corps et son âme en lambeaux, Marie a eu mal, très mal. La « Justice » l'accuse de cette souffrance, de dire, avec des mots, sur son blog http://le-bourget.over-blog.com/ ce qu'elle ne peut exprimer par la parole tellement la douleur est vive et la rend vulnérable.

Malgré tout cette femme menacée, parce que française et laïque refuse de céder. Elle croit en la littérature, en l'art et la culture, ces outils pour combattre l'ignorance. Elle reste dans son quartier, dans sa petite boutique, cette utopie, cette incertitude de rêves montés mais chaque jour brisés. Elle dérange par la transmission de toutes les cultures dans un univers hostile et sur un territoire où la France n'est plus la France.

Elle ne vit pas en zone libre comme les magistrats des beaux quartiers qui la persécutent. Elle vit en zone occupée.
En refusant de mettre au pas et de repousser hors des frontières les coupables qui piétinent les lois de notre république et les lois séculaires de la bienséance et de la civilité , la justice « française » se conduit comme une instance de bon plaisir et non comme une institution garante de l'article 2 de la DDH : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression » .
Après Jeanne d'Arc mais aussi les parachutistes Jeanne Bohec, Marie-Laure Cloarec, Eugénie Djendi, Suzanne Mertzizen du BCRA de la France Libre ou Raymonde Tillon des FTP, c'est encore une femme qui nous montre, à nous français et européens, comment et jusqu'où on doit lutter pour défendre chaque parcelle de nos patries.

Aujourd'hui, Marie Neige Sardin devient étrangère dans son propre pays. C'est un bien grand honneur que d'être traitée ainsi par des « juges ».
Elle peut, et nous avec elle, légitimement rétorquer comme Marcel Langer le 23 juillet 1943 au réquisitoire impitoyable de l'avocat général Lespinasse : « Je suis français d'abord, c'est vous l'étranger ! ».

Un poète, victime d'un procès inique, dénoncé aujourd'hui, avec courage par l'avocat général Philippe Bilger dans un grand livre écrivit quelques jours avant son exécution son célèbre « Jugement des juges » .
Il y disait notamment : « Oui, tous, les soldats, les bandits, on leur fera bonne mesure, Ne craignez pas, hommes de bien, ils seront jugés eux aussi.
Mais c’est à eux, pour commencer, qu’il convient de parler ici,
Car la parole est tout d’abord à ceux qui courent l’aventure,
Et non à ceux qui pour juger se sont satisfaits d’être assis,
De poser sur leur calme front leur toque noire ou leur képi,
Et de payer d’un peu de sang leur carrière et leur nourriture. »

Dans les dernières guerres, on avait l'habitude de dire : « Les planqués sont à l'arrière et les hommes au front. ».
Considérant les aventures extérieures menées par notre état à la sauce mondialiste et la situation de populations terrorisées sur le territoire national, nous pouvons affirmer que les généraux planqués sont au front et qu'il faut rapatrier les soldats à l'arrière, au pays, là où se mène la lutte pour notre indépendance, notre souveraineté et notre identité.

C'est en yiddish, langue que parlaient les résistants du ghetto de Varsovie, symbole de lutte pour tous les ghettos de ce monde que nous devons dire à Marie : « Ich han dich lib ».

Marie est un « mensch » et chaque survivant des « Lohamei Haghetaot » savent à quel point ce compliment est rare à partager de la bouche d'un combattant.

Jean-Marc DESANTI

 

Repost 0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 07:36

DSCN2367.JPG 

  

C’est ainsi que je me découvris nommée dans un dossier de justice dit « bamboula ». Souvenez-vous! 1er et 2 juillet 2010, une garde à vue musclée de 24h pour avoir dit-on tenu publiquement des propos racistes à une voisine de palier antillaise.

 

Une mise en scène, où les témoins ne sont pas auditionnés ou quand ils le sont, ce sont les braqueurs de mon livreur de presse. A l’origine de ce cirque, les institutions, les élus du 93 voire, les services de la Présidence.

 


Des propos déformés, sortis de leur contexte, puisque j’avais effectivement usité l’expression « arrêtez de faire la bamboula » une nuit, à trois heures du matin, dans le but de pouvoir dormir. Si ce n’est un peu!

 
L’occasion était trop belle! Enfin parvenir à me faire taire, transformer la victime que je suis, en coupable perverse et la discréditer à jamais.

Pour ce faire, un internement d’office, semblait à tout le monde le moyen le plus approprié, d’où le calvaire vécu durant cette garde à vue. Rapports policiers à l’appui, tout est bâti pour démontrer ma dangerosité.

Ce plan ayant échoué, c’est donc mon blog qui va être mis à mal pour la parodie d’une chanson de Jacques Brel (les singes) et le fait que seuls, des sites comme Riposte Laïque, Novopresse, Fdesouche, Enquête et Débat et Puteaux-Libre aient relayé mon histoire, ils en ont déduit que j’appartenais à une mouvance de droite, voire de droite extrême si ce n’est d’extrême droite. Idem pour les journalistes comme Ivan Rioufol et Jean Robin qui, s’étaient penchés sur le cas de » la femme sardin ». Les conclusions policières sont éloquentes: je suis une raciste d’extrême droite!

 

Ce sont ces raccourcis que je vais donc combattre ce jour, 26 mai à 13h, chambre 14 au tribunal de Bobigny.

 


Il en va de ma liberté d’expression en tant que victime, mais aussi de la votre, car si je suis condamnée, mon cas fera jurisprudence et réduira chacun d’entre vous, victime ou non, au silence et à la soumission.

 


Nos valeurs, je les défendrai toujours quelle que soit l’issue de ce procès, car la vérité, le bon sens, prévalent pour que ma descendance et la votre soit éternellement libre de s’exprimer

 

 

Toutefois, restant malgré tout une éternelle optimiste, j'ai écrit un petit mot au premier magistrat de ma ville, comme on tend la main pour l'inviter à regarder cette dernière sous un autre angle:

 

 

"Monsieur, le maire,
 
Quelques lignes avant demain, juste pour vous dire bonsoir et merci de m'avoir libérée des quelques scrupules qu'il me restait en retenant encore certaines vérités, je vous l'accorde, pas toujours bonnes à dévoiler.
Je n'ai plus besoin de vos réponses à mes questions sur le véritable rôle joué par chacun dans ce qui se voulait être "un internement d'office" les 1er et 2 juillet 2010 lors de ma garde à vue.
 
Le dossier de celle-ci dévoile jusqu'où les institutions sont capables d'aller pour se disculper des erreurs de procédures commises et me demander de"faire profil bas" en me taisant; Je vous trouve tous magnifiquement unis, ce qui est fort rare ,avouons le, mais je vous comprends aussi, car on ne fait pas plus chieuse que moi dans l'art de pointer du doigt tout ce qui cloche et rarement tout ce qui va.
 
Je regrette vivement que vous ne soyez pas resté à mes côtés car comme de nombreux psychiatres l'écrivent désormais, je suis capable d'apporter aux autres victimes, un rare réconfort de part mon vécu et ils m'incitent à créer des groupes de paroles.
En voulant me faire taire, ce sont les agresseurs que l'on favorise, leur donnant ainsi la permission officielle, de tout me faire subir encore et encore puisque "je suis folle"; à moi, mais aussi, aux autres victimes qui se terrent tant les institutions sont sourdes en 9-3.
 
Le but de la manoeuvre générale est de me faire passer encore un peu plus pour une grande raciste afin de me discréditer à fond la caisse, sauf que la diversité je suis née avec elle, j'ai grandi avec elle, j'ai étudié avec elle, j'ai travaillé avec elle et que malgré mes souffrances, je suis encore capable d'aider sans aucun bruit, ceux qui ont des difficultés d'adaptation certes, mais partagent avec moi le même respect de l'autre et de son mode de vie.
 
Je ne suis pas une ennemie des institutions, ni des divers élus que j'ai pu croiser; la vie et ses épreuves m'a juste démontré que pour le moment, ils n'assument pas le rôle protecteur pour lequel ils ont pour la plupart, prêté serment.
 
Le procès aura donc lieu demain, j'eusse aimé vous y voir présent, afin que vous preniez conscience de la partie qui se joue pour la liberté d'expression et le droit du citoyen.
Faire d'une victime une coupable, c'est abattre une carte indigne de la république.
 
Je sais aussi que ce mail ne vous fera pas réagir pour autant, je dis juste dommage, car la société évolue et viendra le temps où j'espère vous comprendrez ma démarche vers vous pour les autres."

 

 

 DSCN2385.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 18:21

 DSCN2489.JPG

 

  

Quand le ton est donné dès le matin, je sais que la journée va se dérouler en tenue de combat.

 

 

Anthony, étudiant, et sa maman, sont à la boutique; nous nous connaissons depuis toujours; nos enfants ont le même âge et nous avons le même humour; tous les ingrédients sont donc réunis pour que nous passions un bon moment.

Un homme pénètre en l'échoppe, les clients sont occupés à choisir leurs livres et revues mais je sens venir le vent. L'individu manipule la presse et son présentoir en tous sens, faisant semblant de chercher, de ne pas trouver. Tentant de l'aider, j'utilise donc mon humour au deuxième degrés, celui qui a le don d'exaspérer ceux qui m'ont déclaré les hostilités il y a quelques années.

Rien de bien méchant, le truc censé détendre le dit client, sauf que bingo, je gagne le gros lot, les insultes pleuvent et pas des moindres.

Presqu' aussitôt, Anthony s'interpose, cadrant le personnage, de toute la vigueur de sa jeunesse. Je l'ai connu si petit, je découvre un Homme refusant de me voir insultée ainsi; il est blême de colère et il va lui falloir un peu de temps pour faire redescendre sa pression intérieure, par contre l'agresseur lui, a déguerpi au plus vite, car courageux mais pas téméraire, direction le bar tabac d'en face comme dab, haut lieu d'incitation à la haine à mon encontre.

 

 

 

DSCN2484.JPG

 

 

 

 

 

Toute la journée, je vois un défilé, on ne peut plus curieux autour de mon fameux panneau d'affichage. Celui-ci met en avant la une du nouvel observateur  et un certain visage......

 

 

DSCN2502.JPG

 

 

 

Mais que diable font-ils ainsi accroupis, ou plaçant leurs enfants proche du panneau comme on le fait avec le Père-Noël.

Je reste stupéfaite, ils se prennent en photo via les portables avec un homme qui a détruit des millions de vie. Les enfants se redressent, les hommes accolent leurs faces; La haine, la mort, la violence glorifiées par ces donneurs de leçon; ils me montrent là, ce qu'ils sont vraiment; deux clientes présentes sont d'ailleurs profondément choquées.

 

 

DSCN2477.JPG

 

 

La fin de journée approche, les clients défilent et soudain dans l'encadrement de la porte arrière, une vision, on ne peut plus sidérante: un homme, braguette grande ouverte, le sexe dressé,  se masturbe le long de ma porte grillagée; il se frotte, se refrotte, tout le repas de midi me remonte, pardonnez l'expression, mais la vision me fait gerber; trop d'images, trop de peurs, trop de trop...

L'individu s'éloigne, se met à uriner, balançant le jet dans ma direction. Soulagé, il va s'asseoir sur les marches dans la courette, m'ordonnant d'aller " me faire baiser par un nègre" sans doute une allusion subtile à mon viol.

 

 

Je saisis aussitôt ma caméra, sentant un danger non identifié mais bien présent, la suite donc, en image:

 

  

 

Par pudeur je filmerai donc le mur, lorsque celui ci exhibera de nouveau son sexe.

Un coup de fil à Olivier de la municipale me permettra d'avoir la paix; l'individu est embarqué pour ébriété!

 

Pour m'accrocher à la vie et à sa beauté, je plonge tous mes sens dans mon chèvrefeuille qui m'enveloppe de son doux parfum. Je resterai sans doute à ses pieds, une partie de la nuit, juste pour faire le plein de son énergie et continuer vers demain.

 

 

 

DSCN2488.JPG

 

 

 

Repost 0
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 16:21

Grande naïve devant l'éternel, je croyais qu'elle n'aurait jamais lieu, cette vingt sixième fois; non pas que je pensais  le quartier assaini de toute verminerie, mais tout simplement par confort moral, par zen attitude, par l' espoir d'écrire un jour le mot fin à cette longue série.

Il en est ainsi de la nature humaine surmontant X traumatismes, pour poursuivre la route elle se forge une espérance, car faut -il craindre à chaque seconde, un danger invisible et inquantifiable?

 

Tout événement qui met en cause ma survie me confronte à l'absolu de mon anéantissement; sans doute l'épreuve la plus redoutable pour une victime multirécidiviste. 

De quoi est-elle capable, pour un peu de paix, moins de souffrance, conserver son intégrité physique et une fuite devant ses peurs intérieures: de tout, y compris de se laisser tuer pour qu'enfin, son Aie devienne un "A l'aide" transformant ainsi le dire de ses souffrances en appel.

 

 

2288363431_61f6d2dcf5.jpg

 

 

 

Un samedi ordinaire, un jour de marché prometteur puisque veille de premier mai et des clochettes du bonheur. je m'active dans la librairie, la quantité de presse à mettre en place est très importante, il est presque 8heures et donc je fais mon travail.

La sonnette de la porte est actionnée, je prends ma pile d'invendus et débloque la porte. La personne qui se présente n'a, au premier coup d'oeil, rien d'extraordinaire, un pantalon de survêtement bleu marine, un haut de la même teinte et un bonnet vissé sur la tête; je le prends sans souci pour l'un des hommes travaillant sur le marché.

Pourtant, mon corps m'envoie déjà des signaux d'alerte, ma gorge se noue, mes jambes tremblent, et mes yeux se mettent à fixer ces deux mains gantées trifouillant pour l'une dans le bas de jogging et pour l'autre me plaçant un sac de plastique blanc sur la caisse dans un silence assourdissant.

Mon regard se plante dans le sien. à cet instant précis je ne me pose plus aucune question, juste l'anticiper, le sonder, voire l'hypnotiser tel un cobra avec sa proie. Il braque un pistolet sur moi, petit ressemblant à un automatique ancien modèle, vrai ,factice, impossible de le savoir face au canon.

Il me réclame "un astro taureau et la caisse", tout en agitant fébrilement autant la poche que le flingue.

Ne quittant pas ses yeux, je prends donc  dans le présentoir le jeu réclamé; il semble se détendre puisque j'agis selon sa volonté, ma main droite s'approche de la sienne, puis brusquement, je lui plaque sa main armée sur le comptoir, ne plus être face à l'arme, pouvoir me faufiler et le planter là. Parvenue prés de la porte, je me retourne et le vois me mettre en joue. je m'engouffre sur le trottoir, vite la petite place du marché, les commerçants s'y activent et il y a des hommes. L'individu me suit le pistolet à moitié dissimulé dans son plastique blanc, se sentant un peu coincé il balance ce dernier sous un étale, puis se ravise , le récupère et parvient à me dire dans un parfait français " je reviendrai, je ne fais jamais de bavure!" .

il part ainsi au beau milieu du marché, certains commerçants lui emboîtant le pas.

Libérée, je retourne à la boutique, je vomis, suis livide de trouille, toutes les émotions des 25 agressions précédentes me rejoignent, m'assaillent; je vais mettre une éternité à m'en remettre encore une fois.

Je n'ai pas déclenché l'alerte police que je paye pourtant tous les mois, tant j'ai perdu confiance en ces institutions aux valeurs inversées plus promptes à m'enfermer, me menotter, me blesser que de me protéger.

Pourtant je vais joindre sur son portable un des policiers municipaux, pas pour moi, dans ma démarche, mais pour le cas où l'individu ferait du mal à d'autres, il est de mon devoir de les protéger en le signalant.

Les caméras de la ville semblent parler, les témoins répondent présents et ne se défilent pas, monsieur le maire a passé un coup de fil m'informant de la tournure des choses, pourtant, pourtant, je demeure effarée, ma confiance est laminée; je ne peux oublier qu'une victime qui parle, s'exprime, dénonce, devient coupable à jamais.

 

 5293963373_657562c18a.jpg

 

 

 

 

Repost 0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 12:51

Par un si beau soleil, le début des vacances sur la région parisienne, j'ai soudain éprouvé le besoin de faire le tour de ma ville: Le Bourget.

 

Le nom évoque à lui seul l'aviation et son histoire; L'aéroport international a permis de faire connaître la ville dans le monde entier et

des vols prestigieux comme celui de Lindbergh, ont construit sa renommée. 

 

 Pourtant au détour des rues, si les souvenirs ressurgissent, le constat est rude:

DSCN2455.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'ai communiqué avec personne, problème de compréhension, aucun habitant déambulant dans les rues ne parlant notre langue nationale. J'ai dû manquer des épisodes, le français n' est-il  plus usité, sauf en l'échoppe?

 

Me retournant vers l'autre côté de la nationale2, je tombais en arrêt devant le cinéma de mon enfance, de mon adolescence, là où j'avais découvert Bambi, Fanfan la tulipe, des groupes de musiciens ou des numéros de cirque. Une renommée dans la ville et dans les communes limitrophes. La sortie du dimanche, le lieu où il était de bon goût de se retrouver ensuite, pour boire un verre au café des sports où à l'aviatic.

 

 

 

 

DSCN2454.JPG

 DSCN2453.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les affiches, le reflet de la majorité ambiante, mais aucune n' offrant un moment de distraction pour la minorité invisible. Une nouvelle forme de racisme s'exprime donc désormais ici, la culture française n'a plus le droit de se montrer, d'exister, de s'exposer sur les murs de la ville sans se voir vandalisée, recouverte, au nom d' un  communautarisme impérial, dominateur et pervers.

 

 

La preuve, mon pauvre panneau de presse, détruit trois fois en moins d'un mois, dérangeant visiblement et sur lequel certains prennent plaisir à venir prêcher la bonne parole.

 

 

 

DSCN2444B.jpg

 

 Comme si la place manquait, comme si tout n'était pas permis, comme si l'on imposait le respect des lois sur la cité.

Franchement, les institutions sont merveilleuses d' écoute et d'ouverture d'esprit, une petite place pavée, à deux pas des commissariats, réservée aux piétons, qui chaque soir, est envahie de véhicules, obligeant ces derniers à marcher sur la chaussée avec enfants et poussettes.

Un appel aux municipaux, de plus en plus nombreux en effectif mais semblant avoir perdu l'usage de leurs jambes sur la ville, restant scotchés aux volants des véhicules, certainement plus efficaces ailleurs, mais se contrefoutant de ces envahisseurs, pissant, dilant sous les yeux des caméras.

 

DSCN2451.JPG

 

 

 

 

Poursuivant ma visite, la vitrine d'un bazar me laissa perplexe, au beau milieu des jouets , des cahiers, à hauteur d'enfants, je découvris des pistolets à billes:

 

 

 

 

DSCN2446.JPGDSCN2447.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN2448.JPG

 

 

La législation doit être différente désormais sur le sol bourgetin, afin de ne choquer aucune communauté, c'est vrai quoi, rien de plus logique, que de fournir le matériel nécessaire aux agressions en tout genre.

 

Je comprends mieux désormais pourquoi, chaque bourgetin de la minorité invisible, passant par l'échoppe, me confie souvent les larmes aux yeux, cette petite phrase:

 

" Tu sais Marie-Neige, nous maintenant, on reste à la maison;

   on ne sort plus, pour voir cela,

   on a peur,

   on n'est plus chez- nous et nous n'avons pas les moyens de partir!"

 

 

Aussi ma colère est immense , je me sens impuissante, face à tant de détresse humaine;

mon combat, mes témoignages leur donneront-ils un jour, les moyens de rester, de vivre comme avant, je l'espère à chaque instant.

 

 

1503532305_115c4c9f96.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 16:15

DSCN2417-copie-7.JPG

 

 

 

  

Que l'on touche à la liberté
Et Paris se met en colère
Et Paris commence à gronder
Et le lendemain, c'est la guerre.
Paris se réveille
Et il ouvre ses prisons
Paris a la fièvre :
Il la soigne à sa façon.
Il faut voir les pavés sauter
Quand Paris se met en colère
Faut les voir, ces fusils rouillés
Qui clignent de l'oeil aux fenêtres
Sur les barricades
Qui jaillissent dans les rues
Chacun sa grenade
Son couteau ou ses mains nues.

 

 

  DSCN2418.JPG

 

 

 

 

 

 

 

La vie, la mort ne comptent plus
On a gagné on a perdu
Mais on pourra se présenter là-haut
Une fleur au chapeau.
On veut être libres
A n'importe quel prix
On veut vivre, vivre, vivre
Vivre libre à Paris.

 

 

 

 

 

 

 

  

DSCN2419.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attention, ça va toujours loin
Quand Paris se met en colère
Quand Paris sonne le tocsin
Ça s'entend au bout de la terre
Et le monde tremble
Quand Paris est en danger
Et le monde chante
Quand Paris s'est libéré.

 

 

 

 

 

C'est la fête à la liberté
Et Paris n'est plus en colère
Et Paris peut aller danser
Il a retrouvé la lumière.
Après la tempête
Après la peur et le froid
Paris est en fête
Et Paris pleure de joie.

3180578986_a0e3c8c7de.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 17:28

Dimanche, ils voulaient m'acheter........voir la vidéo dans l'article précédent.

 

Mardi, ils s'en prennent au seul truc encore dégradable, le panneau de publicité , sans doute télé 7 jours n'est-il pas hallal à leur goût?

 

 

DSCN2413.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN2414.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout ceci est fait au grand jour, sous l'oeil amusé d'une communauté commerçante musulmanne voisine participant activement à cette incitation à la haine collective .

 

 

 

 

Sans doute une façon de me faire comprendre que céder et abandonner le terrain m'est vivement recommandé si je ne veux pas finir accrochée et traînée à l'arrière d'une voiture comme vient de me le glisser gentillement un client passant par la boutique, par le plus grand des hasards!

 

 

 

 

 

Il va de soit que ne pouvant alerter aucune de nos institutions pour ma sécurité , cet article a valeur de plainte.

 

 

 

5174016374_6b905bd372.jpg

Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 13:44

 

DSCN2410.JPG

 

 

- Je ne pratiquerai jamais le "je pense donc je me tais";

 

- Je n'accepterai en aucun cas que l'on ose m'imposer d'autres valeurs que les miennes;

 

- Je fustigerai toujours, ceux revendiquant la liberté d'expression pour eux seuls;

 

- Je dénoncerai sans cesse, les individus qui n'ont à la bouche que la tradition du respect mais qui ne respectent pas mes traditions;

 

- Je  m'insurge, c'est à la mode en ce moment, publiquement contre le rejet de notre culture, contre le bouter hors de ma commune des Rousseau, Pascal, Voltaire que des islamistes orchestrent sous l'oeil bienveillant des autorités, policières, juridiques, religieuses et des élus en place.

 

DSCN2412-copie-1.JPG 

 

 

Il y a quelques mois, c'est au coktail molotov que la boutique était attaquée, qui s'en est soucié? LE PEUPLE.

 

Il y a quelques semaines, les menaces se sont intensifiées, qui a assuré ma protection? LE PEUPLE.

 

 

Il y a quelques jours, ils ont volé la sonnette permettant l'accès à la boutique, histoire de bien compliquer mon travail et de pourrir la vie à mes clients. Qui est solidaire? LE PEUPLE.

 

Aujourd'hui, un autre statagème est utilisé, m'acheter, me proposer de l'argent, au comptant, puisqu'ils savent que les institutions nous ont mis dans un état de demande. Ils viennent faire l'offre.

 

Pour que vous preniez bien conscience de cette triste vérité, j'ai filmé l'instant où cet homme se sent chez moi, chez lui, se permettant  une inspection en règle de mes locaux.

Sans doute est-il l'un des maillons conduisant à mes agresseurs; sans doute convoite t'il cet emplacement au plus haut point, pour le futur grand Paris , un lieu stratégique, un symbole à abattre telle est l'échoppe à leux yeux.

 

  

 
 
Je suis en guerre, mais seuls les islamistes le savent, au nom de l'islam même!
 
Il me vient à l'esprit cette conclusion de Jean De La Fontaine dans "La lice et sa compagne":
"Ce qu'on donne aux méchants, toujours on le regrette.
Pour tirer d'eux ce que l'on prête, il faut que l'on en vienne aux coups.
Il faut plaider, il faut combattre.
laisser-leur prendre un pied chez vous, ils en auront bientôt pris quatre."
 
Nous devons, je dois réagir contre cette tentative d'islamisation de ma ville; cette dernière va d'ailleurs jusqu' à desservir les musulmans qui ont réussi à s'intégrer et qui adorent la littérature française; ouverture sur la vie, les idées échangées, la liberté .
 
Dans une  précédente vidéo réalisée par CBN, j'avais déjà exprimé cet amour pour ma patrie; il se trouve que cette dernière se propage à travers le monde à très grande vitesse.
je vous mets ici les statistiques et vous exprime toute ma reconnaissance pour cette clairevoyance face au danger.
 
Total des vues : 134023
Avis : 45   Commentaires : 40   Favoris : 36
Utilisateurs ayant aimé : 38  
Utilisateurs n'ayant pas aimé : 7  
   
Liens

Cette vidéo est particulièrement populaire à cet endroit :
Plus
Moins
 
Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 15:45

Pour la nième fois, ils ont comploté,       4382305550_581e075849.jpg

Pour la nième fois, ils t' ont surveillée,

pour la nième fois,  ils ont choisi leur heure,

Pour la nième fois,  ils ont espéré que cette fois était la bonne,

Pour la nième fois,  ils se sont dressés contre toi,

Pour la nième fois,  ils ont juré sur le coran,

Pour la nième fois,  ils t'ont pris pour cible.

 

 

 

 

 

3637231270_7fcac2ed0c.jpg

 

Pour la nième fois, tu m'a alertée,

pour la nième fois, tu as fait face,

Pour la nième fois, tu t'es mise en défense,

Pour la nième fois, tu as subi l'assault,

Pour la nième fois, tu m'as protégée,

Pour la nième fois, tu as résisté,

Pour la nième fois, tu as souffert sous leurs coups.

 

 

 

 

  

  

 

 

 

 

 5384375486_b599b0ed0e.jpg

 

 

 

Pour la nième fois, ta sonnette, ils ont volé, 

Pour la nième fois, ta porte, ils ont vrillée,

Pour la nième fois, ta vitre,  ils ont taguée,

Pour la nième fois, ta grille, ils ont escaladée,

Pour la nième fois, ton toit, ils ont visité,

Pour la nième fois, tes fils ,ils ont coupés,

Pour la nième fois, tu es restée debout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3477212267_7389bea4c2.jpg

 

 

 

Pour la nième fois, nous avons fait corps,

Pour la nième fois, nous n'avons joint aucune institution,

Pour la nième fois, la police n'avait pas de voitures,

Pour la nième fois, les municipaux faisaient des contrôles routiers,

Pour la nième fois, les élus étaient indisponibles,

Pour la nième fois, l'alarme est resté silencieux,

Pour la nième fois, une nuit, nous avons partagée.

 

 

 

  

 

Je me suis réveillée près de toi.

Mon âme bégayait sous ton charme,

J'étais dans mon rêve, sous ton toit.

Le coeur libre que l'amour désarme.

 

J'ai vu partout, l'oubli entamer

Comme un ardent soleil fossoyeur

tout ce qui fut jadis tant aimé.

Et tout ce qui dans le coeur ne meurt.

 

 

Tu me laisses la mélancolie,

Pleine de peine, pleine de plainte,

Pleine du fardeau de la folie des hommes,

Et dans mon coeur de ton coeur, l'empreinte.

 

A la place où la foudre a frappé,

Demeure le feu noir de ta nuit.

Je reste la prisonnière banie,

De tes longues nuits désoccupées.

 

Sur l'horizon changeant se dessine l'aurore;

Mon échoppe, froissée par leurs violences,

Je garde en mon coeur, ce bout de terre de France,

Au satin de mes yeux, tu as la saveur de ma Patrie.

 

  

 

 

4752432072_e2f8e08bb2.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Repost 0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 16:59

 

C'est l'histoire d'une petite grenouille tombée dans un bol de lait, et qui se

 

retrouve sur une motte de beurre, à force de se débattre:

 

 

 

 
Merci CBN, d'avoir emporté ma voix de l'autre côté de l'atlantique.
Pour voir le reportage sous-titré en français, suivre ce lien:
Lien vers le site de CBN:
nouvel article réalisé par CBN traîtant du débat sur l'islam:
nouveau montage vidéo:

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives