20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 16:30

Vous avez remarqué, les élections en tout genre sont terminées, les tentouilles cousues au fil noir s'efforcent de virer au blanc, histoire de nous faire gober que nous avons élu, les meilleurs.

 

 

 

DSCN3087.JPG

 

 

 

 

Mais en y réfléchissant bien, n'ont-ils pas raison de porter sur eux-même, une si haute estime de tout leur être?

Eux, les notables, les ouverts aux autres, les fornicateurs de la république, les bigots de la sainte diversité, sur laquelle ils ont fondé leur réélection et leur pouvoir,  piétinent sans remords, ceux qui osent, demander, réclamer, un peu de paix et de confort de vie..

Des voix si précieuses, si nombreuses, si savoureuses, qu'elles laminent les souffrances des isolés et de nos anciens qui ont fait les beaux jours de notre commune.

Il en est fini de cette amabilité feinte au téléphone pour Mamie Jeannine, désirant informer le maire de l'évolution de son intoxication par des gaz polluant tout un quartier et se répandant peu à peu sur l'ensemble de la ville. Le secrétariat l' envoie dans le mur, de manière blessante et si j'ose dire nauséabonde.

 

 

 

 

 

DSCN3093.JPG

DSCN3092.JPG

http://le-bourget.over-blog.com/article-crever-au-bourget-a-petit-feu-105390894.html

 

 

 

 

 

Pire, pour tenter de lui faire regretter sa venue vers moi, son médecin qui fut aussi le mien, jusqu'à une trahison maison, la supplia de ne point " entamer une grève de la faim". Surprise pas ces propos, Jeannine lui répondit clairement qu'elle n'avait jamais eu, une telle idée....

Elle s'en ouvrit tout naturellement à moi, ne comprenant pas comment le maire avait pu souffler une telle intention à son médecin. Je souris tendrement à mamie, la pris par la main, pour lui dire de ne pas s'inquiéter de tout cela, juste une technique à la con pour la déstabiliser, pour mettre à mal notre relation vieille de trente-quatre ans, pour aussi me faire passer à ses yeux et aux yeux des autres, pour cette irresponsable notoire, capable de conseiller à autrui, des mises en danger que je n'ai toujours appliquées qu'à moi-même.

Il faut avoir une bonne dose de perversité pour mettre en place un tel scénario.

Je suis désolée, respectez mon but, il est simplement d'aider, de soutenir, un quartier, des citoyens, sans rien en échange.

Je sais, ce qu' engendre une lutte seule, contre "l'oligarchie des incapables"; on s'y épuise, on s'y transperce, on s'y noie, on s'y perd, on s'y oublie, on s'y détruit. Je ne peux souhaiter un tel enfer à mon pire ennemi, alors encore moins, à ceux qui partagent mon quotidien depuis tant d'années.

 

                      "Soyez au moins mes ennemis"

 

Mais, n’y a-t' il pas du respect dans l’adversité ? Ne sommes-nous pas stupéfaits et plein d’humilité devant les volcans et les ouragans contre lesquels nous luttons pourtant ?

Le guerrier n’a-t' il pas, au cœur de ses pensées, un adversaire dont la force est un défi ?

Plus encore: nul guerrier ne tira jamais sa gloire d’avoir vaincu dans des conditions trop avantageuses. Le désir du guerrier n’est pas de vaincre par chance, mais grâce à sa valeur. Ainsi la guerre que mènent les hommes politiques n’est pas empêchée par le parlement; au contraire, c’est le parlement, dans lequel règnent normalement la politesse et l’intelligence, qui donne à ces guerriers, le cadre, leur permettant de montrer leur valeur. C’est le respect, qu’ils ont les uns pour les autres, qui leur fait préférer, attaquer par un beau discours, plutôt que d’assassiner lâchement.

La beauté et la grandeur des grands hommes ne peuvent s’exprimer que dans des conditions honnêtes et respectueuses. L’inimitié n’est pas sans respect, et nos ennemis nous importent. Vous m'importez, mesdames et messieurs.

Reconnaître son ennemi, reconnaître la valeur de son ennemi, cela fait grandir, cela permet de se surpasser dans le défi de vaincre loyalement. Car si on sait que nos ennemis ne nous veulent pas du bien, on voit bien qu’ils nous forcent par là même, à tirer le meilleur de nous-même. C'est pourquoi je tenais à vous remercier pour m'avoir permis, dans chaque combat engagé, d'aller puiser en toute simplicité, au plus profond de moi-même, cette force, qu'aujourd'hui, je peux mettre au service des autres.

 

 

 

 

DSCN3086.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by vegaelnath - dans histoires d'en ville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives