21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 10:33

                 

  Agnès: pouvait-on l'éviter?

 

 

2126654577_0abaaef7cb.jpg

 

 

Il m'a été très difficile de contrôler mes émotions liées à un tel sujet; j'eusse aimé être entendue lorsque j'avais écrit ce mail à ceux que je traitais déjà de complices de ces  criminels. Agnès serait encore parmi nous!

Envoyé le : Jeudi, 24 Novembre 2005, 21h08mn 54s
Objet :  entrevue, mais entrenous
Mail envoyé à l'avocate de mon violeur ainsi qu'à la juge d'instruction en charge de l'affaire.

 

Maître, bonsoir

Un contact qui ne devrait en aucun cas avoir lieu, mais voilà, j'éprouve le besoin d'avoir un dernier mot, et à la vue de ce que je vis et subis depuis le 22 juin 2004, je prends donc la liberté de vous écrire cet émail, pas à l'avocate, vous faites votre job au mieux, mais à la femme, à la mère de famille, peut-être, à l'humain!

Ce ne sont que des paroles de victime, mais puissent-elles faire encore une fois briller vos yeux!

Ce que j'ai vécu, grâce à votre client, puis à vous, puis aux deux juges d'instructions, peut s'enorgueillir d'un "on achève bien la victime", deux heures et demie de cuisinage, de déni de ma parole, les choses les plus évidentes que l'on réfute car trop réelles, mais le détail sur lequel justement ma mémoire est floue que l'on monte en épingle, pour qu'il devienne le "vous voyez bien ce n est pas lui" ressemble fort, à la dernière balle que l'on tire, afin de s'assurer de la mort certaine de cette dernière.

Madame, je savais que votre client n'irait pas aux assises, car le commanditaire du crime qui m'avait ouvert le crâne et mis dans un bain de sang le 25 janvier 2004 et ami de votre client, s'est vu disculpé, parce qu'il dormait à 12h45, par sa mère et sa soeur! Depuis quand, les membres de la famille servent de couverture crédible.....et là, c' est un frère hésitant qui intervient, pas de témoins du 21 juin et de la fête de la musique; je vous laisse donc comprendre doucement pourquoi, je ne voulais pas croiser de nouveau, le regard de votre client, égoïstement, juste pour moi, simplement pour m'éviter des souffrances inutiles, pour ne pas lire de nouveau cet instant de l'avant la jouissance, où vous songez vos dernières secondes arrivées, et où lui débute son plaisir pervers de soumission et de salissure de ce qui vous sert de corps, en vous disant qu'il fera la même chose à celle sur les photos, soit ma fille!

Ne pas revivre cela, une fois de plus, pour rien, juste pour me faire piétiner, et par vous, mépriser........Vous avez osé lever la voix sur moi, comme si vous étiez en plaidoirie, mais Madame, avez-vous un seul instant songé, que vous étiez en train de me culpabiliser, de m' enfoncer la tête sous l'eau, pour que respire mieux votre client; non je ne pense pas. Pour croire en la justice, je vous déconseille vivement d'être victime, mais si j'éprouve ce besoin d'écrire une dernière fois et à vous qui plus est, c'est simplement pour vous mettre en garde, en innocentant ces jeunes des délits qu'ils commettent, vous les confortez tous, dans leurs certitudes "je suis un intouchable, tout m'est permis" et leur violence va aller crescendo, vous jouez un rôle dans cette escalade, celui du "no limite", si demain la bande menée par mes deux agresseurs, dont votre client, me tue, je vous en rends responsable, vous et la justice, pour avoir refusé de voir les évidences et c'est à ma fille, qui a le même âge qu'eux, que l 'on a oubliée de qualifier de victime indirecte, que vous présenterez, j'ose l'espérer vos excuses, mais il sera trop tard, Madame!

Rassurez-vous, je vais en avoir fini, de part mon métier et la boutique, des jeunes filles de la cité sont venues parler à deux, de ce qui leur était arrivé, l'une dans un ascenseur, l autre au huitième étage d'une tour, l'une pleure tout le temps, et l'autre est devenue anorexique, mais elles vont" bien", elles essayent d'oublier, et puis parler, elles ont peur, elles sont mineurs, il a encore des copains ici, il peut nous retrouver et nous faire du mal , alors on va se taire, mais bon, je peux venir te voir de temps en temps, tu sais, on dirait pas, mais il a une force................................le reste relève de la confidence et ne se trahit pas, juste deux prénoms, Magalie et Kadidja; voilà Madame , je partage désormais ce secret en partie avec vous, mais l'auteur est déjà votre client, donc pensez aux victimes à venir, où à celles qui se terrent, qui n'ont pas 48 ans, mais 16, 18, 20 ans, songez que derrière l'agneau, le charmeur se cache un loup pervers. Prenez vos responsabilités, défendez si tel est votre choix, mais ne minimisez pas, car vous devenez ainsi leur complice, mettez les devant les faits, devant la réalité; vous protégerez ainsi des vies, des sourires, des rires et votre métier prendra alors tout son sens.

Merci d' avoir lu ces quelques mots mns,

 

2363658025_e4b481a0f9.jpg

 

Je me suis exprimée sur Sud-Radio, ce 21 novembre soit 6ans plus tard, et tout n'a fait qu'empirer; la liste des victimes est si longue désormais, impossible d'accorder notre confiance à quiconque.

Nous le peuple nous devons prendre les choses en main, nous lever pour protéger ce qui est l'avenir de notre pays, le bijou le plus cher à nos coeurs; nos enfants.

Pour écouter l'émission suivre ce lien:

 

 


 

 

http://www.sudradio.fr/10/Réécoutez/idcat-74/menard-en-liberte/index.php?id=10&idcat=74

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives