27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 07:41

 

sans doute l'écrit me concernant qui m'a le plus émue et dont je remercie l' auteur .

 

 

 Marie Neige Sardin : Une femme française debout ! par Jean-Marc Desanti

 

 

Marie-Neige-Sardin-Shop-Owner-Paris-France-Muslim-No-Go-Zone-Rape-Victim-Muslim-Threats-550

 

 

 

Marie en procès ! L'impensable ! L'inconcevable !
Lorsque mes lointains ancêtres, de parfaits métèques, fuyant les pogroms, l'injustice et la misère arrivèrent sur le sol de France, ils furent subjugués par la beauté des lieux mais surtout à jamais bouleversés par la devise au fronton des mairies : Liberté, Égalité, Fraternité.

 

Alors ils ne choisirent pas « l'intégration » mais « l'assimilation » pour cette patrie si tendre et si exceptionnellement accueillante.
Ils aimèrent tant ce pays que beaucoup d'entre eux choisirent le métier des armes et que tous servirent le drapeau tricolore dans toutes les guerres menées ou subies par la France. Depuis il est de tradition chez nous de marcher, sac au dos, le fusil à la bretelle, sur la terre de notre pays et d'apprendre à vagabonder les nuits froides de janvier. Là, où sur les champs désertés, sur les branches mutilées qui jalonnent les chemins, il y a encore de la neige … Marie.

Marie Neige Sardin , Libraire dans le « neuf trois » a été insultée, agressée, cambriolée, violée par des barbares incapables de la moindre sensibilité, au risque de ne jamais trouver chez eux une parcelle d'humanité.
Alors, comme disait Brel à qui on reprochait d'avoir écrit des textes durs, mais plein de vérité comme les singes ou les flamandes : « Quand on a mal , on gueule ! ».

Son corps et son âme en lambeaux, Marie a eu mal, très mal. La « Justice » l'accuse de cette souffrance, de dire, avec des mots, sur son blog http://le-bourget.over-blog.com/ ce qu'elle ne peut exprimer par la parole tellement la douleur est vive et la rend vulnérable.

Malgré tout cette femme menacée, parce que française et laïque refuse de céder. Elle croit en la littérature, en l'art et la culture, ces outils pour combattre l'ignorance. Elle reste dans son quartier, dans sa petite boutique, cette utopie, cette incertitude de rêves montés mais chaque jour brisés. Elle dérange par la transmission de toutes les cultures dans un univers hostile et sur un territoire où la France n'est plus la France.

Elle ne vit pas en zone libre comme les magistrats des beaux quartiers qui la persécutent. Elle vit en zone occupée.
En refusant de mettre au pas et de repousser hors des frontières les coupables qui piétinent les lois de notre république et les lois séculaires de la bienséance et de la civilité , la justice « française » se conduit comme une instance de bon plaisir et non comme une institution garante de l'article 2 de la DDH : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression » .
Après Jeanne d'Arc mais aussi les parachutistes Jeanne Bohec, Marie-Laure Cloarec, Eugénie Djendi, Suzanne Mertzizen du BCRA de la France Libre ou Raymonde Tillon des FTP, c'est encore une femme qui nous montre, à nous français et européens, comment et jusqu'où on doit lutter pour défendre chaque parcelle de nos patries.

Aujourd'hui, Marie Neige Sardin devient étrangère dans son propre pays. C'est un bien grand honneur que d'être traitée ainsi par des « juges ».
Elle peut, et nous avec elle, légitimement rétorquer comme Marcel Langer le 23 juillet 1943 au réquisitoire impitoyable de l'avocat général Lespinasse : « Je suis français d'abord, c'est vous l'étranger ! ».

Un poète, victime d'un procès inique, dénoncé aujourd'hui, avec courage par l'avocat général Philippe Bilger dans un grand livre écrivit quelques jours avant son exécution son célèbre « Jugement des juges » .
Il y disait notamment : « Oui, tous, les soldats, les bandits, on leur fera bonne mesure, Ne craignez pas, hommes de bien, ils seront jugés eux aussi.
Mais c’est à eux, pour commencer, qu’il convient de parler ici,
Car la parole est tout d’abord à ceux qui courent l’aventure,
Et non à ceux qui pour juger se sont satisfaits d’être assis,
De poser sur leur calme front leur toque noire ou leur képi,
Et de payer d’un peu de sang leur carrière et leur nourriture. »

Dans les dernières guerres, on avait l'habitude de dire : « Les planqués sont à l'arrière et les hommes au front. ».
Considérant les aventures extérieures menées par notre état à la sauce mondialiste et la situation de populations terrorisées sur le territoire national, nous pouvons affirmer que les généraux planqués sont au front et qu'il faut rapatrier les soldats à l'arrière, au pays, là où se mène la lutte pour notre indépendance, notre souveraineté et notre identité.

C'est en yiddish, langue que parlaient les résistants du ghetto de Varsovie, symbole de lutte pour tous les ghettos de ce monde que nous devons dire à Marie : « Ich han dich lib ».

Marie est un « mensch » et chaque survivant des « Lohamei Haghetaot » savent à quel point ce compliment est rare à partager de la bouche d'un combattant.

Jean-Marc DESANTI

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

elisseievna 28/05/2011 00:49


DSK accusé : les ténors clament leur tristesse, leurs larmes, leur colère, leur désarroi, leurs imprécations ...

Toutes ces inquiétudes, compassion, gueulantes, Marie-Neige Sardin, les méritait au centuple ... et rien, personne ne veut ou ne croit pouvoir clamer son soutien, sa sympathie, son indignation, non
rien de rien !

Le contraste est terrible. Seul le tort fait aux puissants, ou peut etre aux morts, provoque de bruyantes "indignations". Celui fait aux faibles n'entraine .. que colere contre celle qui ose s'en
plaindre.

Je suis indignée, je suis outrée que Marie Neige Sardin ait été interrogée, gardée à vue, privée d'eau, trainée devant un tribunal, que 5 ou 6 magistrats et on ne sait combien de policiers aient
été mobilisés pour s'inquiéter de propos improuvables, invraissemblables, d'accusations émanant d'un voisinage parmi lequel des gens ont commis des atteintes terribles à l'intégrité de Marie Neige
Sardin ... Il suffit de voir les vidéos de ce blog pour voir la violence contre elle qui éclate !

Quelques personnes autour de Marie Neige Sardin au tribunal, quelques mots de quelques uns .. et le silence des "indignés" de pacotille, le crime d'indifférence.


Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives