7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 11:35

 

 

DSCN1887.JPG

 

 

Midi glissait doucement vers deux heures. Comme on était déjà passé en heure d'été, cela ne se voyait pas: quelque part il était toujours midi.

 

Les talons de ses escarpins claquaient sourdement sur les pavés ou les bords de trottoirs de Sorrente. Elle donnait à la ville endormie son rythme; jouissance de sentir la chaleur s'étaler sur sa peau, caresser ses genoux comme deux paumes chaudes.

Le soleil lui rajoutait encore un peu d'or sur la tête, il l'avait faite son élue. Victorieusement, elle déambulait, inventant à ce verbe tous les sens possibles:

-Se promener, bien sûr!

-errer, surtout, ne pas savoir où le prochain pas se posera!

-se balader, ne plus voir et s'envoler.

 

Le prochain train? Eh bien vous avez le Rome-Paris dans quelques dix minutes. Un bonheur flou, ensoleillé, l'occupait tout entière, elle se sentait déliée à tel point qu' elle quitta ses escarpins rouges les balançant par la fenêtre de ce train lancé à grande vitesse.

 

Oui, super moment, pour nous les godasses, depuis ce jour, elle ne nous a plus quittées. Nous avons:

- parcouru, tant et tant de kilomètres de part le monde,

- cotoyé, tant et tant de godillots, de savates, de chaussures, de souliers, de tongs,

- avalé, tant et tant de terre rouge, ocre, grise, noire, sableuse, argileuse,

- pris, tant d'orages, de pluies, de grêle,

- pataugé, dans tant de boues, de mers, de lacs, de rivières et de rus,

que nous sommes riches d'expériences, de partages, d'échanges, sans pour autant en faire état au monde entier.

 

D'ailleurs, qui nous regarde, personne;  nul ne voudrait de deux godasses éculées, passées, élimées, sauf elle!

Elle nous chausse encore chaque jour, certaine, que nous allons la conduire vers demain.

Elle nous appelle "mes godasses chéries" , pensez donc, si nous sommes fières.

 

Parfois, nous avons été tâchées de son sang , de ses pleurs, de ses cris;

Parfois, nous avons regretté de ne point être dotées de supers pouvoirs pour la protéger.

Parfois, nous avons joué au ballon, ou tenté de grimper aux arbres, pour lui faire découvrir un autre horizon. 

Parfois, nous l'avons ressentie, apeurée, doutant, cherchant une issue à tant d'injustice.

Parfois,  nous aurions aimé juste la bercer pour la consoler, elle qui avait choisi l'ombre en pleine lumière.

 

 

 

DSCN1889.JPG

 

 

  

Puis vint ce jour maudit, où des godillots nous réduisirent au silence, à la soumission, à la honte, à la culpabilité, aux souffrances, au déni.

De longues heures s'écoulèrent, vingt quatre au total,  toutes plus odieuses les unes que les autres.

 

Nous fîmes la rencontre de deux godillots, abandonnés sous un bureau, nous intimant l'ordre "de faire profil bas"!

Franchement, ils étaient trop mignons, car vu notre état, impossible d'aller parader sur les Champs-Elysées, sans un petit rafraîchissement.

 

Dans ce labyrinthe de couloirs, dont le tout, forme un hôtel de police, nous avons dialogué avec  une nouvelle génération de godasses.

 

Elles sont montées sur coussins d'air, afin d' amortir les chocs et  assurer le bien être de celui ou de celle  qui les porte.....

 

L'idéal, pour elle; mais elle n'en veut pas, prétextant une rigidité, un enfermement dont elle n'a que faire, tant la liberté est sa devise.

 

 

DSCN1890.JPG

 

 

Depuis, elle nous a mis au vert, au repos, à la retraite en somme; gorgées de toutes ses souffrances, nous pesons trop lourd désormais pour elle seule.

 

 

GUETRES-20MODELE-201921-20462.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle nous a rangé au côté des guêtres en cuir de son père;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     histoire que nous trouvions, comment continuer  à nous faire:

 

 

                          "une certaine idée de La France"

   

BOTTES-20A-20LACETS-20brun.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by vegaelnath - dans face cachée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives