20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 15:45

Pour la nième fois, ils ont comploté,       4382305550_581e075849.jpg

Pour la nième fois, ils t' ont surveillée,

pour la nième fois,  ils ont choisi leur heure,

Pour la nième fois,  ils ont espéré que cette fois était la bonne,

Pour la nième fois,  ils se sont dressés contre toi,

Pour la nième fois,  ils ont juré sur le coran,

Pour la nième fois,  ils t'ont pris pour cible.

 

 

 

 

 

3637231270_7fcac2ed0c.jpg

 

Pour la nième fois, tu m'a alertée,

pour la nième fois, tu as fait face,

Pour la nième fois, tu t'es mise en défense,

Pour la nième fois, tu as subi l'assault,

Pour la nième fois, tu m'as protégée,

Pour la nième fois, tu as résisté,

Pour la nième fois, tu as souffert sous leurs coups.

 

 

 

 

  

  

 

 

 

 

 5384375486_b599b0ed0e.jpg

 

 

 

Pour la nième fois, ta sonnette, ils ont volé, 

Pour la nième fois, ta porte, ils ont vrillée,

Pour la nième fois, ta vitre,  ils ont taguée,

Pour la nième fois, ta grille, ils ont escaladée,

Pour la nième fois, ton toit, ils ont visité,

Pour la nième fois, tes fils ,ils ont coupés,

Pour la nième fois, tu es restée debout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3477212267_7389bea4c2.jpg

 

 

 

Pour la nième fois, nous avons fait corps,

Pour la nième fois, nous n'avons joint aucune institution,

Pour la nième fois, la police n'avait pas de voitures,

Pour la nième fois, les municipaux faisaient des contrôles routiers,

Pour la nième fois, les élus étaient indisponibles,

Pour la nième fois, l'alarme est resté silencieux,

Pour la nième fois, une nuit, nous avons partagée.

 

 

 

  

 

Je me suis réveillée près de toi.

Mon âme bégayait sous ton charme,

J'étais dans mon rêve, sous ton toit.

Le coeur libre que l'amour désarme.

 

J'ai vu partout, l'oubli entamer

Comme un ardent soleil fossoyeur

tout ce qui fut jadis tant aimé.

Et tout ce qui dans le coeur ne meurt.

 

 

Tu me laisses la mélancolie,

Pleine de peine, pleine de plainte,

Pleine du fardeau de la folie des hommes,

Et dans mon coeur de ton coeur, l'empreinte.

 

A la place où la foudre a frappé,

Demeure le feu noir de ta nuit.

Je reste la prisonnière banie,

De tes longues nuits désoccupées.

 

Sur l'horizon changeant se dessine l'aurore;

Mon échoppe, froissée par leurs violences,

Je garde en mon coeur, ce bout de terre de France,

Au satin de mes yeux, tu as la saveur de ma Patrie.

 

  

 

 

4752432072_e2f8e08bb2.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alexande 26/02/2011 10:03


Je me suis procuré un peu par hasard le camp des saints, de Jean Raspail. Lisez le vous aussi si ce n'est pas déjà fait! C'est formidablement prophétique, juste, acerbe contre nos ennemis.


Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives