6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 07:37
dans
Version imprimableVersion imprimableEnvoyer à un amiEnvoyer à un ami

Marie-Neige Sardin  Libraire en Seine-Saint-Denis, Marie-Neige Sardin a été agressée vingt-six fois en sept ans. Elle résiste, tout en déplorant les renoncements de la justice.

Pas question pour Marie-Neige Sardin, 54 ans, de quitter sa petite librairie du Bourget. Malgré les vio­lences et les intimi­da­tions, malgré le départ des com­merçants qu’elle côtoyait auparavant, cette femme énergique ne veut rien cé­der à ses agresseurs. « Énormément de per­sonnes vivent en France ce que je vis dans ma banlieue », écrit-elle dans le livre qu’elle vient de publier. Elle y dénonce notamment les faiblesses d’une jus­tice trop accommodante avec les délinquants. Un témoignage choc.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ? Pour témoigner. De ce que j’ai subi et de ce qu’ont vécu et vivent encore d’autres victimes, qui n’ont pas les moyens de le faire savoir.

Qu’avez-vous subi ? Vingt-six agressions en sept ans, certaines d’une vio­lence extrême. J’ai été violée. Ne me demandez pas de le raconter.

Quand était-ce ? Le 22 juin 2004. J’avais porté plainte pour une première agression, en janvier de la même année. Deux hommes armés d’un pistolet et d’une bonbonne de gaz lacrymogène m’avaient dérobé la caisse et les jeux de grattage. J’avais alors reçu un coup de crosse, qui m’a ouvert le cuir chevelu. J’étais cou­verte de sang… Le viol a eu lieu quelques jours avant une confrontation prévue dans le cadre de cette affaire. Ils étaient quatre. Ils m’ont dit : « Retire ta plainte, sinon on fera la même chose à ta fille. »

Avez-vous reconnu certains de vos agresseurs ? Oui, le chef de cette bande, sur le fichier de la police. Je le désigne dans mon livre par une initiale, G. Il est connu des services de police pour agressions, vols, dégradations… J’ai aussi identifié l’un des violeurs. Mais cela n’a servi à rien.

Que s’est-il passé ? Dans l’affaire du braquage, la juge pour enfants a conclu à un non-lieu. Sa mère et sa sœur ont affirmé que G. dormait chez lui au mo­ment des faits. C’était parole contre parole. La sienne a pesé plus lourd que la mienne.

Il y avait pourtant des témoins… Oui, un père de famille, accompagné de ses deux enfants. Il a finalement renoncé à témoigner, les deux braqueurs l’avaient menacé de s’en prendre à ses enfants… Deux ans plus tard, la sœur de G. est venue chercher un colis à la boutique. Je lui ai demandé pourquoi elle avait affirmé que son frère dormait lors du braquage. « Je le couvre », m’a-t-elle dit. Il y avait à ce moment-là un prêtre dans la boutique. Il a témoigné de ce qu’il avait entendu, mais la procédure n’a pas été relancée.

Et dans l’affaire du viol ? Là encore, le suspect a dit qu’il était étranger à cette affaire : il aurait dormi chez son frère. Les empreintes relevées par la police juste après le viol n’ont pas permis de le confondre. La juge a donc rendu un non-lieu, motivé par le manque de preuves. Ce qui n’a pas empêché la bande en question de se vanter dans tout le quartier de m’avoir violée. Un gardien d’immeuble est même allé le raconter à la police, mais sa déposition est restée sans suite.

Vous avez quand même été indemnisée… Oui, par la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi). C’est une reconnaissance du viol que j’ai subi, mais c’est l’État qui m’a indemnisée, à la place des coupables… La so­ciété a reconnu que j’avais été victime d’agressions, mais elle a renoncé à poursuivre les auteurs de ces agressions.

En revanche, vous avez été condamnée, en juin, à 500 euros d’amende pour “injure envers un particulier en fonction de sa race, de sa religion ou de son origine”. Que s’est-il passé ? J’ai fait appel de cette décision. L’affaire remonte à 2008, je la raconte en détail dans mon livre. Une jeune femme est venue s’installer dans l’appartement qui fait face au mien. Elle a pendu la crémaillère pendant trois jours, ou plutôt trois nuits. La troisième nuit, je suis allée lui demander d’arrêter de « faire la bamboula ». Nos relations se sont envenimées… Deux ans plus tard, elle est allée dire que j’avais osé la traiter de “bamboula”, ce que je conteste, évidemment. J’ai mon franc-parler, mais je n’ai jamais insulté quelqu’un en raison de sa couleur de peau ou de sa religion. Je suis née avec la diversité, j’ai grandi avec la diversité, je travaille avec la diversité. Je ne suis pas raciste. Je n’accepte pas d’être condamnée sur une calomnie, alors que la justice a toujours ignoré ma parole quand j’ai été agressée. C’est cette inversion des valeurs que je combats. Je veux qu’un criminel soit jugé comme un criminel, et qu’on ne lui cherche pas de fausses excuses. Moi, on m’a fait comprendre qu’il fallait leur laisser leur chance… Plus on leur trou­ve des excuses, plus ils som­brent dans la violence. Et cette violence se retourne souvent contre eux. Je l’ai déjà dit : ces jeunes, je les ai vus grandir, je ne suis pas sûre de les voir vieillir.

Pourquoi restez-vous ici ? Mon père était gendarme, ma mère a travaillé dans la police. Ils m’ont inculqué certains principes. Je ne ferai pas allégeance aux bandes qui veulent imposer leurs lois. Je ne me soumettrai pas. J’aurais l’impression de déserter si je partais. Je sais bien que certains n’attendent que ça. Les autres commerçants sont partis, ils ont été remplacés. Ma boutique est bien placée, on la voit du RER. Des hommes, que je ne connais pas, passent me voir presque tous les mois pour me la racheter. Curieusement, leurs visites surviennent souvent après une nouvelle agression… J’ai acheté cette petite librairie en 1978, avec mon père. Que deviendrait-elle si je la vendais ? Un fast-food ? Un taxiphone ? Et puis, je ne me bats pas seulement pour moi…

Pour qui d’autre ? Pour ces gamins qui viennent m’acheter des livres, à qui j’en prête parfois. L’un d’eux, à qui j’avais prêté l’Étranger, a mis deux mois à le lire. Maintenant, il lit Balzac ! Et puis il y a ces jeunes filles qui viennent me voir parce qu’elles savent ce que j’ai vécu… ......lire la suite sur:

http://www.valeursactuelles.com/actualit%C3%A9s/soci%C3%A9t%C3%A9/coup-de-gueule-de-marie-neige-sardin-apr%C3%A8s-26-agressions-%E2%80%9Cje-ne-me-soumettrai-pas

 

Le point, parution du jeudi 6 octobre2011:

 

 

297415_1563313779365_1730993569_925276_918476254_n-1-.jpg

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hugo 23/11/2011 00:05

Madame,
c'est avec grand intérêt que j'ai lu la lettre envoyée à l'avocate du salaud qui vous a sali. J'espère que tous ces avocats, ces juges, ces magistrats sans scrupules et sans honte, vivront eux et
leurs enfants ce genre d'horreur que vous avez subi afin de voir si leurs indulgences coupables, leurs complicités dégueulasses et leurs plaidoiries insultantes sont du même acabit. Je vous
souhaite beaucoup de courage. Médiatisez encore et encore votre affaire, le silence tue.

Merci.

vegaelnath 23/11/2011 09:49



Merci de votre présence; pour la médiatisation j'y travaille, mais je crois que chacun à son échelle, par le "bouche à oreille" peut m'aider en ce sens



ROBICHON 22/11/2011 21:19

Bonsoir,

Félicitation Marie neige pour votre persévérance. Je vous suggère de passer à l'offensive, afin d'être prise au sérieux: PRESENTER VOUS AUX ELECTIONS LEGISLATIVES et faite bouger les choses pour
les autres victimes comme vous.
Serite il possible de faire apparaitre sur le blog les scans des dépots de plaintes succéssives et les notifications de classement sans suite. Ceci afin de répondre aux incrédules qui se
souviennent de la fausse agressions du métro etc...

vegaelnath 23/11/2011 10:00



Je ne vais pas passer mon temps à scanner autant de choses; elles sont à disposition à la boutique pour qui veut les consulter. Pour les incrédules il y a le livre car il est impossible de sortir
un tel texte sans une vérification de tous mes propos.



hugo 20/10/2011 12:59


Que dire ? que c'est une honte abjecte.... et le fait que vous soyez poursuivi en justice quand ceux qui vous ont fait vivre ces horreurs sont dehors et rigolent et récidivent !

voilà la France d'aujourd'hui et de demain, l'impunité pour la racaille et la peur pour les victimes !


Ana 14/10/2011 18:55


Bonjour,

Je suis passée dans votre boutique la semaine dernière pour acheter votre livre. Je l'ai fini aujourd'hui...
En venant habitée au bourget je ne pensais pas que tout ça pouvait arrivé. Je suis vraiment outrée de voir comment se comporte les institutions envers vous.

J'espère pouvoir en parler avec vous prochainement.

Avec tout mon soutien

Ana


ROBICHON 10/10/2011 21:01


Bonsoir,

NS avait pourtant promis de passer le quartier au karcher...

Sérieusement, l'institut pour la justice mène le combat pour que les 80 000 condamnés en liberté effectuent leur peine, ce qui n'est pas le cas.

http://www.institutpourlajustice.com/

Vous y t-rouverez la réaction de la fille de michel Sardou, violée également et très critique de la justice pour son cas.
Les faux témoignages ne sont pas vraiment punis. C'est le problème. Toutes mes félicitations pour ce combat.
Question; lors d'un viol il y a des traces ADN non ?

Cordialement.


Marveen 06/10/2011 18:00


Chere Madame,

Le fruit est pourri de partout..
Ma gratitude à ce qui vous êtes arrivée..!

Mais le compte à rebour a commencé..avec cette racaille!

Nous finirons inexorablement à un choc des cultures et civilisations... qui amènera directement à la guerilla urbaine!
Car sachez chère Madame ...que nous sommes encore en France un certain nombre de "patriotes et francais de souche et de coeur"!

Jamais nous ne laisserons.. et moi en particulier.. me dicter ou me faire imposer des ignominies de racailles.. qui plus est encore de race etrangère à la Constitutiuon francaise et République
laïc"!

Ma liberté de parole est sacréee à moi aussi..!
Personne ne peut m'empêcher de la museler et de dire ce que je pense..!

Y compris à de la racaille étrangère ou de couleur.. qui est anti blanc pour leur part..! ou anti francais..! sous pretexte que l'on ne tolère pas ce qui ne peut s'appliquer en France dans les
conditions d'imposition d'un système qui ne marche pas avec la mentalité republicaine et laic francaise..!

Que Dieu vous garde et vous bénisse..!
Nous sommes prêt pour la lutte qui s'annonce..


Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives