13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 16:54

 

Trois semaines de fermeture, histoire de retrouver mon village et ses anciens.

 

Trois semaines de bonheur, au coeur d'une province, celle où reposent mes grands-parents et mon père.

 

Trois semaines d'échanges vrais, assise au bord du fleuve de mon enfance, à tenter de comprendre" l'impossible".

 

Trois semaines de rires, d'émotions sincères, tant la nature m'a comblée de mille cadeaux.

 

Trois semaines d'émerveillements quotidiens, en osmose avec un maître de ballet aux allures aussi étranges que superbes.

 

 

DSCN1919-copie-1.JPG DSCN1920-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

  

 Ils ne m'ont jamais quittée, confidents éphémères de mes souffrances, ils me conduisaient peu à peu  vers demain; se posant qui, sur ma main, mon épaule, mes cheveux, me faisant redécouvrir ce contact à l'autre comme une caresse à mon âme.

 

Depuis, l'échoppe a repris ses activités, " l'impossible" erre toujours au fond de mon être, tel du gros sel sur la béance de mes plaies; ma chatte, je n'ai point retrouvée, mon dernier panneau publicitaire a de nouveau été déterrioré, ma sonnette d'entrée de boutique a été volée puis jetée, mes voisins me pourrissent toujours autant la vie et pourtant, pourtant, au détour d'un rayonnage, j'ai soudain ressenti, une légère brise en mon coeur.

 

Plantée là, à choisir, qui sa bierre, son sandwich ou sa salade, la "police dite nationnale".

 

J'ai ressenti un puissant calme intérieur et tout en déposant virtuellement, entre eux et moi, l'image du papillon, j'ai tenté de croiser les regards de ceux, qui m'avaient refusé un verre d'eau, là, en face à face, droit dans les yeux, sans les supers pouvoirs, d'humain à humain(enfin si je puis encore me considérer comme appartenant à l'espèce).

 

Pas un seul n'a osé me regarder, leur gêne profonde était palpable, leur embarras suintait de leurs pores, sous mes yeux interrogatifs certes, curieux certainement, un tantinet moqueurs sans doute.

Eh oui, faire ses achats divers et se promener avec une bouteille de vin à la main ne fait pas trop sérieux quand on porte l'uniforme.

 

Il était sans doute plus facile de me dire durant ma garde à vue " que les racistes n'ont pas de besoin ici" pour vous faire bien voir des diverses composantes du commissariat de La Courneuve, que de me saluer comme vous le faisiez avant, lorsque vous désiriez lire gratuitement dans la boutique, les résultats de vos équipes préférées, où les derniers potins de "public' ou de"voici".

 

Fort de votre courage, vous avez tous déserté des rayons, tels, une envolée d'hirondelles à l'heure de la migration.

 

Depuis la clôture de la garde à vue, où l'on m'a intimé l'ordre de" faire profil bas" je sais que quoiqu'il m'arrive vous ne bougerez pas, m'abandonnant au sort que l'on réserve désormais aux patriotes, le lynchage et la camisole de force.

 

Ce que ces quelques minutes viennent de me faire comprendre surtout, c'est qu' en acceptant de devenir mes geôliers d'un jour, vous avez vous même, créé, une zone de non droit, au coeur du quatre-vingt-treize où la liberté d' expression, papillonnera sans cesse de clients en clients . 

 

 

 

DSCN1922.JPG

 

 

 

       DSCN1980.JPG

 

   "quand on a tout à craindre, on ne doit craindre rien"

                                                    Thomas Corneille.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tito 19/02/2011 22:54


j'ai pas tout suivi, lors de ces "propos racistes", pourriez-vous me dire où vous étiez en garde à vue ?
Vous parliez du SDPJ93, c'était à Bobigny ?


vegaelnath 19/02/2011 23:02



commissariat de La Courneuve!



Paul B. 05/09/2010 04:22


Ce n'est peut-être pas le bon sujet pour réagir mais je tenais à vous dire que vous êtes une héroïne dans mon cœur Madame Sardin.
J'estime être une personne de convictions mais je me sens écrasé par la force des vôtres. Votre courage, votre combat, vos souffrances, aucunes de ces choses n'ont été vaines, soyez en
convaincu.

Souvenez vous, la prochaine fois qu'il vous arrivera une autre persécution, que votre combat inspire à la multitude de gens qui ont lu votre histoire l'audace et la hardiesse de se lever pour
défendre la justice et ce envers et contre tous.

Je le pense et je le répète, votre combat n'est pas inutile. Vous êtes une lumière dans un monde ténébreux alors je vous en prie, ne faiblissez pas. Nous avons besoin de vous.


vegaelnath 05/09/2010 09:36



Merci de tant de compliments et de soutien. Sachez que je resterai toujours "droite dans mes bottes" quoique l'on ose me faire ou dire, car je n'ai qu'un seul but ,exercer mon métier de libraire
en un département qui ne le désire plus . Je refuse de voir ce dernier piétiné ainsi au nom d'un politiquement correct  nuisible pour l'avenir de la nation ; mon combat s'il devient un
peu celui de tout le monde emplira mon coeur de joie et me rendra un sourire depuis trop longtemps enfui. 



Alfgard 20/08/2010 08:14


De toute façon, aujourd'hui, les flics ne protègent QUE les bandits ! Pour moi, les bandits ce sont Ceux qui vous agressent(les voleurs, violeurs, assassins, et... désolée étrangers), les
Politiques et les Chefs des Grandes Entreprises ainsi que Leurs Cours !!!
Aujourd'hui, les gens comme vous et moi, les français moyens qui sont loin de ce monde de banditisme !
Nous ne sommes bon qu'à être taxés, persécutés, agressés...
Attention, Tous ces bandits quelque soit leur bord vont occasionner une Grave Chose, et cela s'appelle au mieux une Révolution, au pire une Guerre Civile !!!!


vegaelnath 05/09/2010 09:54



Avant d'en arriver là , tentons de trouver les mots justes pour faire entendre nos voix:))



Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives