3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 15:09
 11 avril 2007

Un jour, au milieu des autres , rien de particulier pour vous tous........
jusque vers seize heures , pour moi aussi, c'était une journée presqu'ordinaire , avec sa cohorte de travail, de coups de fil, d'empressements, de pensées, de rires, d'émotions......
la vie en somme.
Il faisait beau, mon esprit était presque joyeux, je venais de recevoir un coup de fil de vcc, je ne sais plus trop à quel sujet......l'échange avait été constructif, nous nous étions taquinés sur certains jeux de mots.....la routine.
Puis comme d'hab, à cette heure , j'étais en retard pour l'ouverture; j'ai donc fermé la porte de l'appartement, raccroché le tel et suis descendue quatre à quatre les marches , ma chatte Isis sur les talons.
J'ai ouvert la première grille, puis la deuxième porte de l'arrière boutique, Isis avait soif, j'ai tourné le robinet, elle buvait...... je lui caressais le dos ,et là...., tombées de nulle part ,deux masses noires nous sont arrivées dessus....
Isis a feulé comme jamais je ne l'avais entendu , terrorisée, elle sautait sur ce qui se trouvait derrière moi, sur ce qui me malmenait en tout sens, sur ce qui me cognait de partout , sur ce qui m'enroulait dans ce quelque chose de résistant , de collant, de bruyant , sur ce qui me bloquait les bras le long du corps et m'immobilisait, sur ce qui parvenu au niveau de la bouche me muselait, sur ce qui parvenu à mon nez m'asphyxiait, sur ce qui allait poursuivre ainsi à m'aveugler, m'assourdir ,sur ce qui me momifiait vivante.......
Panique était le maître mot, en moi, isolée du monde , j'étais seule face à mes sons intérieurs, les boums fous de mon coeur, les sifflements dans ma tête , l'urine qui coulait le long de mes jambes , la leur, mêlée à la mienne .
Cette peur qui vous envahit , au point de perdre le contrôle de votre corps ,laissant peu de place à la réflexion et au calme ......
quand soudain ivre de vertiges et de gaz carbonique , il y eut ta voix........comme lorsque tu m'apprenais à rester sous l'eau, papa " tous les dix minège.....tous les dix ,tu inspires";heureuse de te savoir si prés, les yeux fermés je te voyais, tu me guidais, tu éveillais en moi cette résistance si précieuse , au moment du choix de vie: se laisser glisser où survivre.....
Grâce à toi, j'ai pu me redresser, un peu , je sentais ta main et sa force, dans l'autre tu tenais Auriane, petite.......
puis, je me suis retrouvée à la porte vitrée de la boutique , tu étais de l'autre côté ; du verre entre nous deux, toi qui me manquait depuis douze ans , tu étais là et déjà tu t'estompais.........j'ai sombré.........
Grâce à Jimy , le policier, l'air a de nouveau pénétré mes poumons ......ma fille a retrouvé ses 21 ans et ma vie a pu se poursuivre jusqu' à ce jour .
Une autre agression se profila le 29 avril, à l'acide, sur une main ........le temps s'est écoulé, les choses se sont calmées peu à peu , pour définitivement prendre une autre tournure au fil des mois .
Le 15 août 2007, j'ai vu venir vers moi, un jeune , tout menu, tout embarrassé , voir gêné ,par quelque chose qui se situait dans la perte de son pantalon.....
Il a acheté son journal , s'est mis à froisser les feuilles une à une , pour en faire un grand boudin......surprise, intriguée, je lui demandai le but de l'opération........
" ben, c'est mon fut , il ne tient plus et comme je sors de prison, j'ai rien d'autre mais je voulais aller voir la mère ....sauf que... comme cela c'est pas bien "
Dans l"arrière boutique , un jean traînait depuis longtemps , plein de peinture , tenant la position du politiquement correct; je le lui tendis, et l'invitai à se changer derrière.
D'abord surpris, il hésita et devant mon " ta mère ,tu veux la voir ou pas!", il enfila le tout ,vite fait, bien fait........
se redressa , se sentant plus digne, plus humain, plus aux normes.
Au fil des jours , il passa de plus en plus souvent, se mit à se confier, à échanger , toujours avec un grand respect et une franche sincérité ..
Fin septembre, une bande traînait depuis trois jours autour de la boutique , je sentais venir l'attaque........inlassablement, invariablement , il resta aux abords de la porte.....je ne compris pas tout de suite qu'en fait , il me protégeait , lui le taulard, le sans pantalon, défiant mes agresseurs.
Aly est le chef d'une bande voisine
Depuis le mois d'août 2007, il veille sur la boutique, faisant le ménage, interdisant l'accès à ceux qui me manquent de respect ; en échange .........? certains inspecteurs pensent ,que cela se paye......
En effet , mais pas avec de l'argent messieurs, avec de l'humain , avec un regard différent , avec une approche , rare , je vous l'accorde d'une victime et d'un agresseur, qui un jour, parlent le même langage .
Aly a donc réussi durant un an à faire ce qu'aucun policier, aucun maire,aucun préfet, n'ont pu faire ,eux, en quatre ans........:La Paix.
Une belle histoire qui bouleverse les bases de notre société , fondée sur la confiance , le respect de la parole donnée, entre deux êtres qui avaient tout pour se rejeter et qui pourtant se sont pris par la main.
Merci à Jimy et à Aly


Lun Avr 28, 2008


Onze heures trente, arrivée de quatre jeunes devant la boutique, j'ai un oeil sur ce qu 'ils font sur le trottoir, visiblement ils organisent un pique-nique , juste devant l'entrée de la boutique.
Voilà, une idée , qu'elle est originale ......le temps passe, je filtre la porte pour mes clients, l'adrénaline monte en moi, j'ai déjà repéré la grosse gazeuse dans l'un des sacs de sport, à côté de la bouteille de grenadine.
Leurs propos deviennent dangereux......en regardant la vitrine presse, ils nous surveillent à l'intérieur, s'imaginant comme ils leur seraient jouissifs de me rentrer les épées façon tourne broche ; le temps passe, les clients se succèdent , certains me disent de joindre la police...........sachant à quel point cette dernière me vomit , je m'y refuse.......pas la peine de les déranger, il y a mieux et plus urgent à gérer.......donc silence radio. Ils cognent dans les vitres, m'insultent, mon sang s'est glacé . Tout remonte en boucle......je suis en enfer.
Madame Dubois, décide de rester avec moi; nous ignorons le danger et sa pression, il est maintenant 12 heures quinze.......voyant que l'instant propice ne pointe pas le bout de son nez, mes 4 zèbres commencent à se séparer et à plier bagage..........quand soudain je vois débouler deux policiers dont Jimy ........une cliente était passée au poste de police donner l'alerte.........elle avait craint pour moi.............merci madame ,pour ce geste .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une libraire au coeur du 93.
  • Le blog de Marie Neige,les 36 ans d'une  libraire au coeur du 93.
  • : libraire sur la commune de le bourget depuis 36 ans, mon carnet de route au coeur d'un département en pleine mutation; mon vécu de victime et mes 34 agressions en 10 ans; mes humeurs, mes pourquoi, vos comment, mes pleurs,vos rires, la vie en somme . AVERTISSEMENT: Seuls les textes publiés sur ce blog sont écrits par moi-même.Il circule sur la toile des écrits signés de mon nom qui ne m'appartiennent pas.
  • Contact

Mon Livre

51MhggLcY8L._.jpg

Recherche

Le site de l'échoppe

02 original

Archives